MaSantéRomande
-Créer un compte (gratuit)
-Ouvrir une session

Informations Maladies
Professionnels de santé
Hôpitaux, Cliniques
Associations de patients
Organismes officiels
Sports et Alimentation
Offres d'emploi Santé
Situations de vie
Notre sélection de thèmes


Actualités Santé en Suisse:

Confédération suisse

Swissmedic - Sécurité des médicaments

Agenda santé
Annonce:
Plus d'information sur le HONcode
 
En partenariat avec l'AMG:
Localisez les médecins proche de vous!
Appli gratuite
sur Itunes et Android
Android
Apple Store
Applications mobiles Suisses indispensables
 Emissions télévisées
Endométriose: quand une maladie négligée fait l’objet d’un gros businessÉmission 36.9° - TSR
Endométriose: quand une maladie négligée fait l’objet d’un gros business
18 janvier 2017

Newsletter gratuite:


Enquêtes:
  • Enquête auprés des médecins genevois de l'AMG
  • Donnez votre avis sur SanteRomande

  • Ajouter un site

    Soutenez SanteRomande - Faites un don
    Sida


    Généralités/Définitions
      Quand une personne est contaminée par le VIH, son organisme n'est pas capable de l'éliminer. Elle est alors infectée par le VIH. Mais elle ne va pas se sentir malade tout de suite. Le VIH met en général plusieurs années avant de détruire les défenses immunitaires. On ne parle de sida que lorsqu'une personne souffre d'une maladie opportuniste.
      Donc, un malade du sida a forcément une infection par le VIH, alors que toutes les personnes infectées par le VIH n'ont pas développé le sida. Les traitements actuels ont pour but de soigner le sida chez ceux qui l'ont déjà, mais aussi d'empêcher que l'infection par le VIH évolue vers le sida.
      Source: Sida-Info-Service (sida-info-service.org)


    Causes

      Le virus est présent dans les liquides biologiques de l'organisme des personnes atteintes : Le sang, le sperme et le liquide séminal (Détails) chez l'homme, les sécrétions vaginales et le lait (chez la femme).
      Pour pénétrer dans l'organisme, le virus doit trouver une porte d'entrée :
    • La muqueuse (Détails) , lors de rapports sexuels non protégés.
    • Par voie sanguine (par exemple : transmission en cas d'utilisation d'une seringue usagée pour une injection de drogue par voie intraveineuse ; transmission de la mère à l'enfant pendant la grossesse).
    • Par voie cutanée (en cas de blessure avec un objet souillé de sang contaminé)
    • Le virus est en quantité trop faible dans la salive, la sueur, les larmes ou l'urine pour qu'il puisse se transmettre par l'intermédiaire de ces liquides. Ceux-ci ne sont donc pas contaminants.
      Le virus ne se transmet par aucun des gestes de la vie quotidienne: Il ne se transmet ni par les poignées de main, ni par les caresses, ni par les baisers. Le VIH ne se transmet pas par l'utilisation d'équipements publics (toilettes, douches, piscine...). Il ne se transmet pas non plus par l'intermédiaire d'objets utilisés dans la vie courante : verres, couverts, etc.
      Le VIH ne se transmet pas par des piqûres d'insectes.
      Source: Ministère Français de la Santé et de la Jeunesse (sante.gouv.fr)


    Fréquence

      Depuis que le VIH/sida a été décrit pour la première fois en 1981, on estime à 60 millions le nombre de personnes qui ont été infectées par le VIH, dont 20 millions sont décédées.
      L'ONUSIDA indique que moins d'une personne sur cinq exposée au risque d'infection par le virus a accès à des services de prévention de base. Par ailleurs, seules 24% des personnes ayant besoin d'un traitement contre le VIH y avaient accès au milieu de 2006.
      Source: OMS - Organisation Mondiale De La Santé (who.int)


      Récapitulatif de l'épidémie mondiale de SIDA:
    • Nombre de personnes vivant avec le VIH en 2006 : Total : 39,5 millions (34,147,1 millions).
      Adultes : 37,2 millions (32,144,5 millions). Femmes : 17,7 millions (15,120,9 millions). Enfants, moins de 15 ans : 2,3 millions (1,73,5 millions)
    • Nouvelles infections à VIH en 2006 : Total : 4,3 millions (3,66,6 millions).
      Adultes : 3,8 millions (3,25,7 millions). Enfants, moins de 15 ans : 530 000 (410 000660 000)
    • Décès dus au SIDA en 2006 : Total : 2,9 millions (2,53,5 millions).
      Adultes : 2,6 millions (2,23,0 millions). Enfants, moins de 15 ans : 380 000 (290 000500 000)

    • Source: Organisation Européenne pour le Développement et la Coopération (oedc.bravehost.com)


    Prévention

      1- Lors des rapports sexuels:
      Pour éviter la contamination par le VIH lors des rapports sexuels,l'utilisation des préservatifs est indispensable : Préservatif masculin ou Préservatif féminin.
      Cette protection doit être maintenue tant qu'une relation stable et durable n'est pas engagée et que les deux partenaires n'ont pas fait chacun un test de dépistage (Détails) .
      2- En cas d'usage de drogue par voie intraveineuse:
      Le meilleur moyen de protection est l'utilisation systématique, pour chaque injection, de matériel de préparation neuf et d'une seringue stérile neuve. La réduction des risques liés aux usages de drogues par voie intraveineuse est facilitée par la vente libre de seringues et de trousses de prévention en pharmacie et par la distribution gratuite de matériel d'injection par les associations menant des actions de prévention.
      Source: SidaWeb (sidaweb.com)


    Symptômes

      Parmi les symptômes précoces, mentionnons les symptômes pseudogrippaux (Détails) qui persistent. D'autres symptômes incluent:
    • perte de poids rapide et inexplicable;
    • fièvre (pendant plus de 10 jours) et sueurs nocturnes qui persistent;
    • diarrhée qui persiste;
    • fatigue qui dure et qu'on ne peut pas expliquer;
    • glandes du cou, des aisselles et de l'aine enflées;
    • infections aux levures; souffle court;
    • marques violacées ou décolorées sur la peau et qui persistent;
    • tendance à avoir facilement des bleus ou des saignements inexplicables.
    • Voici d'autres symptômes pouvant apparaître quand le système immunitaire ne fonctionne pas bien:
    • lésions inhabituelles sur la peau ou dans la bouche; taches blanches dans la bouche;
    • plus de boutons de fièvre que d'habitude et plus souvent;
    • toux sèche;
    • engourdissement grave ou douleur aux pieds et aux mains;
    • changement de personnalité, confusion;
    • cancers et infections inhabituelles.
    • Les symptômes peuvent varier d'un pays à l'autre et même d'un groupe à risque à l'autre.
      Si votre numération de CD4 (type de globule blanc combattant les infections) est inférieure à 200, vous êtes atteint du sida.
      N'oubliez pas que les symptômes ci-dessus peuvent être liés à d'autres maladies que le VIH et le sida. Si vous en avez un, si vous ne savez pas pourquoi et que votre style de vie vous met à risque, vous devez voir votre médecin.
      Source: Corporation des sciences de la santé de l'Atlantique (ahsc.health.nb.ca)


      Quels sont les premiers symptômes de l'infection par le VIH ?
      Beaucoup de gens ne développent aucun symptôme alors qu'ils viennent d'être infectés. Cependant, certaines personnes attrapent une sorte de grippe trois à six semaines après avoir été exposés au virus. Cette maladie, appelée Syndrome Aigu du HIV, peut inclure fièvre, maux de tête, fatigue, nausée, diarrhée ainsi que grossissement des nuds lymphatiques (ce sont les organes du système immunitaire qui peuvent être identifiés au toucher dans le cou, sous les aisselles et à l'aine. Ces symptômes disparaissent en général en une semaine à un mois et sont souvent malencontreusement associés à une autre infection virale.
      Source: Danger Santé (danger-sante.org)


    Diagnostic

      Dans le langage courant, lorsqu'on parle de test VIH (ou de test du sida), cela signifie vérifier l'éventuelle présence d'anticorps contre le VIH, fabriqués par l'organisme infecté. Dans des conditions optimales, il faut attendre plus de 3 semaines, dans de rares cas jusqu'à 3 mois, avant que la présence d'anticorps soit décelable. Il ne faut donc que trois mois après l'infection, le cas échéant, pour obtenir un résultat suffisamment fiable. Si un premier test se révèle positif ou si le résultat est sujet à caution, on procède à l'examen d'un deuxième échantillon de sang dans un laboratoire de confirmation. Ce n'est que lorsque l'examen de ce deuxième échantillon confirme le premier qu'il y a infection VIH.
      Un résultat négatif : signifie que vous n'êtes pas infecté par le VIH. Le résultat n'est toutefois fiable si le test a eu lieu 3 mois après une relation à risque. ne signifie pas que vous êtes immunisé contre le VIH ou que vous êtes résistant au VIH.
      Un résultat positif : signifie que vous êtes infecté par le VIH. ne veut pas dire que vous allez développer la maladie, ni quand vous allez la développer. permet d'aborder la question de la thérapie. signifie que vous risquez de contaminer votre partenaire avec le virus du VIH. Protégez les autres en respectant les règles du safe sex .
      Source: Unilabs (unilabs.ch)


      Il y a toute une panoplie de tests pour détecter le VIH. Certains tests sanguins sont faits pour rechercher la présence d'anticorps spécifiques produits par le VIH. Ceux-ci consistent en :
      Tests de dépistage: ELISA, la procédure la plus courante. Spot Test ou test rapide peuvent donner de faux résultats positifs donc doivent être confirmés.
      Tests de confirmation: Western Blot, la procédure la plus courante. Il existe d'autres tests qui sont faits pour détecter le virus ou ses protéines ou son matériel génétique ceux-là sont cependant chers, compliqués et prennent longtemps donc ne sont utilisés que pour de la recherche ou à but acadàmique.
      Source: YouAndAids (youandaids.org)


    Traitement

      Il n'existe aucun traitement pour guérir l'infection au VIH : une personne séropositive est séropositive à vie. Les différents traitements ont pour rôle de bloquer l'évolution du virus dans l'organisme et de maintenir l'équilibre entre la présence du virus dans le corps et le système de défense de l'organisme.
      Ces traitements ne sont pas anodins ; ils peuvent provoquer des effets secondaires lourds tels que nausée, diarrhée, grande fatigue...
      Le commencement d'un traitement est lié à l'état du système immunitaire infecté et est donc adapté à chaque personne. Les traitements doivent être réajustés régulièrement par un médecin en fonction de l'évolution de l'état du patient.
    • 1- Les antiviraux : Il existe aujourd'hui deux familles de médicaments utilisés dans le traitements de l'infection à VIH. Leur différence réside principalement dans le fait qu'ils agissent à des stades différents de la reproduction du virus dans les cellules:
      - Les inhibiteurs de la transcriptase inverse (ITI) : Ces molécules interviennent dans la cellule pour entraver l'action d'une enzyme virale.
      - Les antiprotéases (AP):Ils agissent à un autre stade de la reproduction du VIH en s'attaquant à l'activité de la protéase, enzyme virale qui permet la maturation des nouveaux virus créés par la cellule infectée.
    • 2- Les multithérapies : Le virus se multipliant jusqu'à plusieurs milliards de fois dans l'organisme chaque jour, le rôle des multithérapies est notamment de réduire considérablement et si possible rapidement cette multiplication, limitant ainsi également les possibilités de mutation virale et les phénomènes de résistance.
      Les premiers médicaments n'étant pas suffisamment puissants individuellement, dès que cela été possible, les médecins ont commencé à prescrire des bithérapies, c'est à dire 2 inhibiteurs de la transcriptase inverse, permettant une action plus efficace sur l'activité du virus. A partir de 1996, c'est l'association d'une antiprotéase à deux ITI qui a donné naissance à ce qu'on appelle les trithérapies.
      Source: SidaWeb (sidaweb.com)


      Indication du traitement antirétroviral (recommendations françaises):
      Symptomatique et quelque soit la valeur des CD4 : Le traitement est nécessaire
      Asymptomatique avec des CD4 < 200/mm 3 : Le traitement est nécessaire
      Asymptomatique avec des CD4 < 350/mm3 : Le traitement est recommandé
      Asymptomatique avec des CD4 entre >350 : Le traitement n'est pas recommandé. (Possible si Charge Virale>100000 cp/ml)
      Source: Fac de médecine Pitié-Salpêtrière (chups.jussieu.fr)


    Maladie au quotidien

      A partir de quand un test VIH donne-t-il un résultat fiable ?
      Le test VIH ( test du sida ) ne peut exclure une infection au VIH avec certitude que trois mois après l'exposition au risque. C'est le temps qu'il faut à l'organisme pour fabriquer des anticorps contre le virus suite à une éventuelle infection. Après trois mois, le résultat d'un test VIH est suffisamment fiable : un résultat négatif signifie que le test n'a pas détecté de tels anticorps, autrement dit qu'il n'y a pas eu d'infection. Un résultat positif signifie par contre que le test a détecté de tels anticorps et qu'il y a eu une infection au VIH.
      Si vous faites le test avant l'échéance du délai d'attente de trois mois, il se peut que ce soit trop tôt : un résultat (encore) négatif pourrait en fait s'avérer positif lors d'un test ultérieur.
      Source: Aide Suisse contre le Sida (aids.ch)


      Combien de temps met une personne infectée à développer des symptômes ?
      Cela dépend du mode de transmission du VIH et du genre de vie de la personne séropositive. La majorité des gens qui sont infectés via transfusion sanguine développent des symptômes en une moyenne de trois à cinq ans. Pour les autres modes de transmission, lorsque la quantité de virus est faible, la personne peut rester en bonne santé pendant huit à douze ans, voire plus. Si une personne séropositive améliore sa qualité de vie en adoptant des méthodes de sexe plus sûres, a une bonne alimentation, fait de l'exercise régulièrement, consulte régulièrement un médecin, a un soutien émotionnel, fait du yoga et de la méditation, évite le stress, soigne régulièrement les autres maladies, continue à être active, et a une attitude optimiste, il ou elle a des chances de vivre plus longtemps.
      Source: YouAndAids (youandaids.org)


      Comment utiliser adéquatement les condoms pour hommes en latex ?
      - Utilisez un condom en latex. Les condoms faits de membranes animales ne protègent pas bien contre le VIH parce que ce virus est suffisamment petit pour traverser la membrane de ces condoms.
      - Installez le condom avant tout contact sexuel.
      - Déroulez le condom lorsque le pénis est en érection. L'anneau doit être à l'extérieur. Laissez environ un demi-pouce d'espace libre au bout du condom pour recueillir le sperme. Pincez le bout pour enlever l'air. Déroulez le condom jusqu'à la base du pénis.
      - Retirez-vous après l'éjaculation pendant que le pénis est encore en érection. Maintenez l'anneau du condom à la base du pénis et assurez-vous qu'il ne glisse pas. Ne réutilisez jamais un condom.
      - Les condoms en latex colorés ou aromatisés ne sont pas aussi sûrs.
      Source: Le collège des médecins de famille du Canada (cfpc.ca)


      Je ne supporte pas les préservatifs, je suis allergique au latex. Que faire?
      Les préservatifs disponibles en Suisse sont généralement en caoutchouc naturel (latex). Si vous savez que vous êtes allergique au latex ou si vous craignez une telle allergie (démangeaisons, brûlures, douleurs locales), vous pouvez utilisez des préservatifs en polyuréthane.
      Votre allergie n'est peut-être pas due au latex. Environ 90% des réactions allergiques d'ordre génital sont dues à des préservatifs enduits de spermicides, qui contiennent la substance Nonoxynol 9 (Ceylor Gold p. ex.). Employez des préservatifs sans lubrifiant contenant des spermicides.
      Le silicone, présent dans de nombreux lubrifiants, peut parfois poser des problèmes lui aussi. Nous recommandons dans tous les cas de tirer au clair les causes de la réaction allergique avec votre médecin.
      Source: Aide Suisse contre le Sida (aids.ch)


    Illustrations

    Source: TechnoScience (techno-science.net)


    Coupe schématique du virus de l'immunodéficience humaine (VIH)

    Source: Congrès de Médecine Générale (formathon.fr)


    Modes de transmission du VIH

    Source: Congrès de Médecine Générale (formathon.fr)


    Adultes et enfants vivant avec le VIH/Sida en 2005
    Estimations ONUSIDA,décembre 2005

    Source: Congrès de Médecine Générale (formathon.fr)


    Adultes et enfants nouvellement infectés par le VIH en 2005
    Estimations ONUSIDA,décembre 2005

    Source: BMS - France (bmsfrance.fr)


    Le calendrier de suivi

    Sélection d'articles scientifiques (pour patients)

      Mise au point d'un vaccin pour prévenir le VIH:
      Plusieurs facteurs compliquent la mise au point d'un vaccin efficace contre le VIH. D'abord, le VIH attaque justement le système immunitaire qui devrait lutter contre l'infection pour laquelle la personne est vaccinée. De plus, il subit des mutations; donc, le système immunitaire a beaucoup de difficulté à cibler le virus. Enfin, le VIH insère des copies de son matériel génétique dans les cellules du système immunitaire et dans d'autres parties du corps; il réussit donc à se cacher pendant des années. Le corps finit par perdre ses mécanismes de protection, ce qui déclenche la maladie du sida.
      Source: Initiative canadienne de vaccin contre le VIH (chvi-icvv.gc.ca)


    Sélection d'articles scientifiques (pour professionnels)

      Rapport de situation publié par L'OMS, l'ONUSIDA et l'UNICEF, en juin 2008, intitulé: "Vers un accès universel: étendre les interventions prioritaires liées au VIH/SIDA dans le secteur de la santé".
      Source: OMS - Organisation Mondiale De La Santé (who.int)


      L'Office fédéral de la santé publique et l'Aide suisse contre le sida publient une newsletter sida, destinée aux personnes oeuvrant dans le domaine du sida ainsi qu'aux autres intéressés. Elle paraît environ tous les 3 mois et informe sur les actualités, les manifestations et les publications récentes relatives au sida.
      Source: Office fédéral de la santé publique (bag.admin.ch)


    Association(s)

      Site réalisé par des médecins de SIDA Information Suisse. Leur but est de communiquer à toutes les personnes intéressées des informations complètes et compréhensibles sur l'infection à VIH et le sida et d'intensifier l'information sur la prévention.
      Source: AIDS-INFO - Suisse (aids-info.ch)


      L'Aide Suisse contre le Sida (ASS) est l'organisation faîtière de 21 antennes cantonales et régionales ainsi que de 36 autres organisations actives ou engagées dans le domaine du VIH/sida.
      Les objectifs de l'Aide Suisse contre le Sida:
      - empêcher de nouvelles infections VIH
      - améliorer la qualité de vie des personnes touchées et de leurs proches
      - renforcer la solidarité de la société à l'égard des personnes séropositives, de leur famille et de leurs amis.

      Source: Aide Suisse contre le Sida (aids.ch)


      AIDES est la première association française de lutte contre le sida. Dès son origine, l'objectif de l'association a été de réunir les personnes touchées directement ou indirectement par le sida afin de leur permettre de s'organiser face à ce nouveau fléau.
      AIDES donne et porte la parole des personnes atteintes, des personnes qui prennent des risques, des personnes qui n'arrivent pas à se soigner, à prendre leur traitement, à écouter les conseils de leur médecin ou à protéger leurs relations sexuelles.
      Source: AIDES (aides.org)


    Information aux médecins

    Articles scientifiques: Tous les articles récents pour "Syndrome d'immunodéficence acquise"
     
    Essais cliniques (en Suisse ou France) pour "Syndrome d'immunodéficence acquise"


    Tél. Urgences:  Ambulance : 144 Autres numéros d'urgences Services de garde par cantons
    Retour à l'accueil Contacts A propos de SanteRomande - © 2016 Newsletter Dernière modification: Mar 2012