MaSantéRomande
-Créer un compte (gratuit)
-Ouvrir une session

Informations Maladies
Professionnels de santé
Hôpitaux, Cliniques
Associations de patients
Organismes officiels
Sports et Alimentation
Offres d'emploi Santé
Situations de vie
Notre sélection de thèmes


Actualités Santé en Suisse:

Confédération suisse

Swissmedic - Sécurité des médicaments

Agenda santé
Annonce:
Plus d'information sur le HONcode
 
En partenariat avec l'AMG:
Localisez les médecins proche de vous!
Appli gratuite
sur Itunes et Android
Android
Apple Store
Applications mobiles Suisses indispensables
 Emissions télévisées
Migraine de folieÉmission 36.9° - TSR
Migraine de folie
22 février 2017

Newsletter gratuite:


Enquêtes:
  • Enquête auprés des médecins genevois de l'AMG
  • Donnez votre avis sur SanteRomande

  • Ajouter un site

    Soutenez SanteRomande - Faites un don
    Tumeurs du sein


    Généralités/Définitions
      Qu'est-ce que le cancer du sein?
      Le cancer du sein se forme dans les cellules du sein. Le tissu mammaire ne comprend pas seulement le sein, mais aussi la partie du corps comprise entre la clavicule, l'aisselle et la lame du sternum, au milieu de la poitrine. Les seins reposent sur les muscles de la poitrine qui recouvrent les côtes. Chaque sein est constitué de glandes mammaires, de canaux galactophores (petits conduits) et de tissu adipeux. Les glandes mammaires, groupées en lobules, produisent le lait maternel, qui circule depuis les lobules jusqu'au mamelon par un réseau de canaux. Le mamelon se trouve au centre d'une région cutanée plus foncée, appelée aréole. Le tissu adipeux occupe l'espace entre les lobules et les canaux, et les protège.
      À différents moments de son cycle menstruel, la femme pourra éprouver des sensations différentes au niveau de ses seins; ceux-ci deviendront parfois grumeleux juste avant les règles. Le tissu mammaire subit également des changements au cours de la vie. Chez les femmes plus jeunes, le tissu mammaire est principalement constitué de glandes et de canaux galactophores alors que chez les femmes plus âgées, le tissu adipeux prédomine.
      Les seins abritent aussi des vaisseaux et des ganglions faisant partie du système lymphatique, dont le rôle est de combattre les infections. Les vaisseaux lymphatiques transportent le liquide appelé lymphe jusqu'aux ganglions lymphatiques. Ces derniers emprisonnent les bactéries, les cellules cancéreuses ainsi que les autres substances nocives. Plusieurs ganglions lymphatiques sont regroupés près du sein sous le bras, près de la clavicule et dans la poitrine, derrière le sternum.
      Les cellules cancéreuses peuvent se développer dans les canaux galactophores (il s'agit alors d'un carcinome canalaire) ou dans les lobules (carcinome lobulaire). Le carcinome canalaire est le type le plus fréquent de cancer du sein.
      D'autres types de cancer du sein, tels que le cancer inflammatoire du sein et la maladie de Paget, ne se comportent pas de la même façon et peuvent nécessiter un traitement différent.
      Source: Qu'est-ce que le cancer du sein? (cancer.ca)


    Causes

      La plupart des femmes qui développent un cancer du sein ne présentent aucun facteur de risque particulier, à part celui d'être une femme et d'avancer en âge (surtout après 50 ans).
      Parmi les autres facteurs de risque possibles :
      • avoir déjà eu un cancer du sein;
      • des antécédents familiaux de cancer du sein
      • des antécédents familiaux de cancer de l'ovaire;
      • une exposition plus élevée que la moyenne aux oestrogènes, des hormones produites naturellement par l'organisme, entre autres parce que vous :
        • n'avez jamais eu d'enfant ou avez donné naissance à votre premier enfant après l'âge de 30 ans;
        • avez eu vos premières menstruations à un âge précoce;
        • avez atteint la ménopause à un âge plus avancé que la moyenne;
        • avez suivi une hormonothérapie substitutive (oestrogène et progestatif combinés) pendant plus de cinq ans;
      • des tissus mammaires denses (révélés en mammographie);
      • des biopsies antérieures démontrant certaines modifications mammaires, notamment un nombre croissant de cellules anormales non cancéreuses (hyperplasie atypique);
      • un traitement par radiothérapie à la poitrine, en particulier avant l'âge de 30 ans.
      Certains facteurs viennent aggraver légèrement le risque de cancer du sein. Votre risque personnel pourrait ainsi être un peu plus élevé si vous :
      • souffrez d'obésité (surtout après la ménopause);
      • consommez de l'alcool;
      • prenez des contraceptifs oraux (la pilule ).
      Le cancer du sein peut parfois se développer en l'absence de tous ces facteurs de risque. La plupart des femmes touchées n'ont pas d'antécédents familiaux de la maladie.
      Source: Causes du cancer du sein (cancer.ca)


    Fréquence

      Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent de la femme. Une femme sur 10 sera touchée par la maladie durant son existence. En Suisse, plus de 4000 femmes en sont atteintes chaque année. Derrière ces chiffres se profile tout le poids des souffrances endurées par les femmes et leurs proches. Le cancer du sein ne doit plus signifier la solitude. Il doit devenir l'affaire de toutes et de tous.
      Source: CANCER DU SEINque faites vous (prevention.ch)


      En France, le cancer du sein est la forme la plus fréquente de cancer. Environ 1 femme sur 11 aura un cancer du sein au cours de sa vie, et la maladie représente près du quart de tous les cancers chez la femme. Son incidence est estimée à 33 000 nouveaux cas par an. Bien que rarissime, le cancer du sein existe chez l'homme : environ 1 % des cancers du sein frappe des hommes.
      Source: Le cancer du sein avec e-sante.fr - Anatomie des seins - Anatomie des seins (e-sante.fr)


    Prévention

      L'autoexamen de ses seins
      Plus une femme commence à pratiquer l'autoexamen des seins jeune, mieux elle connaît les transformations liées au rythme naturel des menstruations et de l'âge. Il faudrait examiner ses seins régulièrement, de préférence une fois par mois. Les femmes qui ont des menstruations examinent leurs seins tout de suite après les règles. Les femmes qui n'ont pas ou plus de menstruations examinent leurs seins un jour fixe chaque mois, afin de ne pas oublier l'examen.
      Si vous remarquez des modifications anormales de vos seins, nous vous recommandons d'en parler à votre médecin. La plupart des modifications des seins, soit neuf fois sur dix, sont bénignes. La Ligue suisse contre le cancer recommande aux femmes, quel que soit leur âge, de procéder régulièrement à l'autoexamen de leurs seins.
      Voir la brochure de l'autoexamen des seins
      Source: Ligue contre le cancer - En commun contre le cancer - L'autoexamen (liguecancer.ch)


      Réduire les risques
      Il existe des facteurs de risque du cancer du sein sur lesquels vous n'avez aucun contrôle, comme votre âge, vos antécédents familiaux ou vos antécédents de reproduction. Vous pouvez toutefois réduire les risques en modifiant votre style de vie.
      • Perdez le poids que vous avez en trop. Même un léger excédent de poids (5kg ou 11 lbs ou plus) est associé à une augmentation du risque de cancer du sein, en particulier après la ménopause.
      • Faites de l'exercice physique. Des études démontrent que même des activités physiques modérées peuvent réduire de 30 % à 40 % le risque. Faites un exercice ou une activité qui réchauffe vos muscles et qui accélère votre respiration (comme la marche rapide) durant une période d'au moins 30 minutes, cinq jours par semaine ou plus.
      • Limitez votre consommation d'alcool. Les femmes qui consomment de l'alcool augmentent légèrement le risque d'être atteintes d'un cancer. Plus la consommation est élevée, plus le risque est grand. Limitez votre consommation à au plus un verre par jour, soit 12 onces (340 ml) de bière, 5 onces (140 ml) de vin ou 1,5 once (42 ml) de spiritueux.
      • Allaitez votre enfant. L'allaitement semble offrir une protection contre le cancer du sein chez certaines femmes et il est bon pour votre enfant. Allaitez au moins durant une période de quatre mois.
      • Cessez de fumer. La cigarette et la fumée secondaire ont été associées au cancer du sein dans certaines études. La fumée de tabac est à l'origine de 30 % de tous les décès causés par le cancer.
      • Parlez à votre médecin des risques et des avantages d'un traitement hormonal substitutif. Ce type de traitement peut soulager certains symptômes de la ménopause et réduit le risque d'ostéoporose et de cancer du côlon. Elle accroît cependant le risque de cancer du sein et de maladies du coeur.
      • Bien qu'on ne dispose pas de preuves contraignantes indiquant que l'exposition produits chimiques potentiellement notifs est associée à un risque de cancer du sein, il serait néanmoins prudent de réduire votre exposition à ces agents. Suivez les mises en garde et les procédures de manutention présentées dans les fiches signalétiques disponibles pour la plupart des produits chimiques. Collaborez avec votre employeur pour vous assurer que la qualité de l'air dans votre milieu de travail est bonne et que les produits chimiques sont manipulés de façon appropriée.

      Source: Votre santé et vous - Cancer du sein (hc-sc.gc.ca)


    Symptômes

      • Une bosse dure au sein, qu'elle soit fixe ou mobile.
      • Des écoulements provenant du mamelon.
      • Une rétraction du mamelon et la présence d'une zone de peau irrégulière ou bosselée.
      • Une douleur persistante au sein.
      • Une petite crevasse sur la peau du sein.

      Source: Cancer du sein (passeportsante.net)


    Diagnostic

      L'inspection :
      Le médecin observe si la peau recouvrant les seins se modifie à certains endroits, en demandant à la patiente de mettre ses bras dans différentes positions.
      La palpation
      Une palpation attentive du sein peut indiquer beaucoup de choses au médecin sur la nature d'une grosseur. Sa taille, sa consistance, si elle roule sous le doigt, etc.
      La mammographie
      Un cliché radiographique peut apporter au médecin des informations importantes sur un nodule ou une tuméfaction au sein. La mammographie est recommandée dans le cadre d'un bilan de routine chez les femmes n'ayant aucun symptôme de cancer du sein. Cet examen peut révéler des tumeurs trop petites pour être détectées à la palpation (micro-calcifications, par exemple).
      L'échographie
      Elle permet d'élaborer des images à partir de l'écho d'ondes sonores de haute fréquence (ultrasons) envoyées dans le sein. L'échographie est souvent plus performante chez les femmes jeunes qui ont des seins très denses
      L'aspiration ou ponction cytologique
      En aspirant à l'aide d'une aiguille et d'une seringue un peu de liquide ou de tissu de la grosseur, on pourra savoir s'il s'agit d'un kyste (et non d'un cancer) ou d'une masse solide (qui peut être cancéreuse ou non).
      La biopsie
      Seule la biopsie permet de confirmer le diagnostic. Cette technique consiste à prélever une partie ou la totalité d'une grosseur ou d'une zone suspecte, et de procéder à un examen anatomopathologique au microscope. Elle est le plus souvent réalisée sous anesthésie locale. Aujourd'hui, la biopsie peut s'effectuer par Mammotome (également appelé biopsie stéréotaxique), une nouvelle méthode de prélèvement de tissu dans le sein qui permet d'éviter une biopsie chirurgicale. Dans un premier temps, des mammographies mammaires sont réalisées pour identifier précisément la zone où se situe l'anomalie. Après une anesthésie du sein, une minuscule incision est réalisée sur la peau afin d'introduire une fine sonde. Celle-ci est munie d'un dispositif permettant d'effectuer dix à vingt prélèvements à la suite, sans ressortir la sonde. Les prélèvements sont ensuite analysés en laboratoire.
      Si un cancer du sein est décelé, l'anatomopathologiste peut en préciser le type. D'autres analyses de laboratoire, plus spécialisées, sont parfois pratiquées sur les tissus cancéreux, afin de mieux connaître les cellules qui les constituent. Si la biopsie révèle la présence d'un cancer, il convient de procéder à des examens sur la tumeur (dosage des récepteurs des estrogènes et de la progestérone). Ces examens ont pour but de déterminer si les hormones nourrissent la tumeur et facilitent sa croissance (tumeur hormonodépendante). Cette information donnera au médecin la possibilité de décider de l'intérêt d'un traitement hormonal, soit d'emblée, soit ultérieurement. On dispose également d'un certain nombre d'examens pour savoir si la maladie s'est étendue à d'autres parties de l'organisme. Le médecin prescrit une radiographie pulmonaire et des analyses de sang. Le cancer du sein pouvant essaimer dans les poumons, le foie, les os ou le cerveau, le médecin peut demander des examens spécifiques pour ces organes.
      L'ensemble de ces examens permet au médecin d'apprécier l'étendue, ou stade de la maladie. On évalue la taille de la tumeur, l'existence clinique d'un envahissement ganglionnaire, puis la présence de métastases à distance du sein.
      Source: Cancer du sein : le diagnostic avec e-sante.fr - L'inspection : (e-sante.fr)


    Traitement

      Les traitements sont soit locaux soit systémiques, soit les deux combinés :
      • les traitements locaux sont utilisés pour enlever ou détruire le cancer du sein dans une zone spécifique ; ce sont la chirurgie et la radiothérapie (application thérapeutique de rayonnement, rayons X, électrons, neutrons.),
      • les traitements systémiques ont pour but de contrôler et détruire le cancer dans l'ensemble du corps ; il s'agit de la chimiothérapie (thérapeutique par des substances chimiques), de hormonothérapie (emploi thérapeutique des hormones) ou de l'immunothérapie (méthode de traitement destinée à remplacer ou modifier les moyens de défense naturels de l'organisme). Ils sont donc utilisés soit pour diminuer une tumeur avant un traitement local, soit pour éviter une rechute, soit enfin pour traiter un cancer métastatique.
        La chirurgie
        La chirurgie est le traitement le plus utilisé pour soigner le cancer du sein. Il existe plusieurs interventions possibles :
        • la tumorectomie qui conserve le sein (elle retire juste la zone de la tumeur),
        • la mastectomie qui enlève tout le sein,
        • la mastectomie partielle,
        • l'extraction des ganglions situés sous les aisselles ou le curage ganglionnaire : ces interventions permettent de déterminer si les cellules cancéreuses ont pénétré le système lymphatique.
        La radiothérapie
        La radiothérapie utilise des rayons pour détruire les cellules cancéreuses. Un générateur oriente les rayons directement vers le sein. Il s'agit d'une radiothérapie externe.
        Plus rarement, on place dans le sein des matières radioactives situées dans des tubes en plastique ; on parle alors de radiothérapie implantatoire ou de curiethérapie.
        La radiothérapie intervient en complément de la chimiothérapie et de l'acte chirurgical, en particulier après une tumorectomie ou une mastectomie partielle. Les rayons ont pour but de détruire les cellules cancéreuses qui ont pu rester dans la zone traitée et diminuent le risque de récidive locale.
        La chimiothérapie
        La chimiothérapie utilise dans le traitement du cancer du sein des médicaments combinés (poly-chimiothérapie). Ces médicaments sont administrés par perfusion après la pose d'un site implantable. Ces médicaments entrent dans le système sanguin pour agir sur l'ensemble du corps. Ils ont pour rôle de prévenir l'apparition de métastases (foyers tumoraux secondaires d'une affection disséminés par voie lymphatique ou sanguine à partir d'un foyer tumoral primitif).
        L'hormonothérapie
        Ce traitement a pour but de priver les cellules cancéreuses des hormones sexuelles dont elles ont besoin pour se développer. Il s'agit le plus souvent de médicaments utilisés par voie orale. Les médicaments ont pour objectif de bloquer la formation d'hormones sexuelles naturellement secrétées par les ovaires. Parfois, une ablation des ovaires est préconisée ou on propose une "astration médicamenteuse" aux femmes non ménopausées .
        L'immunothérapie
        Certains médicaments sont aussi utilisés pour renforcer le système de défense de l'organisme contre le cancer du sein et pour ralentir la prolifération cancéreuse.
        Il s'agit actuellement d'une voie de recherche.
        Source: Le Gercor (canceronet.com)


        Conseils après l'intervention chirurgicale
        • La rééducation et les exercices physiques sont des étapes importantes. Elles peuvent aider à redonner de la souplesse au bras et à l'épaule située du côté de l'intervention et également de diminuer les douleurs post opératoires.
        • Ces exercices participent activement à la prise en charge de la patiente et lui offrent également des possibilités de dialoguer et d'évacuer ses angoisses.
        • Evitez de porter des charges trop lourdes, d'effectuer des travaux pendant plusieurs semaines.
        • Portez des vêtements amples et évitez d'appliquer des produits irritants.
        • Evitez une exposition solaire et bien entendu le tabac
        • Ne buvez pas trop d'alcool.

        Source: Le cancer du sein (sante-medecine.commentcamarche.net)


      Illustrations

      Source: Cancer du Sein (gouts-doux.fr)


      ANATOMIE DU SEIN

      Association(s)

        Espace médiane
        Un lieu de rencontres pour s'informer et s'entretenir des problèmes et des questions soulevés par cette maladie. Ouvert de 11 h à 19h du lundi au vendredi. Sans rendez-vous.
        Adresse: 4 rue Micheli-du-Crest, 1205 Genève

        Pour être écoutée et soutenue
        Fondation du devenir : L'écoute des femmes et de leurs proches pour proposer des mesures concrètes permettant d'améliorer leur qualité de vie.
        Source: CANCER DU SEINque faites vous (prevention.ch)


        La Ligue Vaudoise contre le cancer : La Ligue vaudoise contre le cancer (LVC) a été fondée en 1960, à Lausanne, par un groupe de médecins préoccupés par l'augmentation du nombre de cancers dans le canton.
        Elle propose un soutien moral et pratique aux personnes atteintes par la maladie et à leurs proches. Elle développe également des actions de prévention et d'information afin de contribuer à réduire les risques de cancer.
        Source: ligue vaudoise contre le cancer - Réduire les risques (lvc.ch)


        La Ligue valaisanne contre le cancer (LVCC) est une association, sans but lucratif, indépendante, non confessionnelle et apolitique. La Ligue vient en aide aux patients touchés par le cancer, à leur famille et à leur entourage. Des groupes de soutien permettent de partager les expériences et les préoccupations de chacun. Elle offre également des aides pratiques telles que des conseils en matière d'assurances sociales, un accompagnement pour les démarches administratives et des aides financières.
        Source: Ligue Valaisanne Contre le Cancer (lvcc.ch)


      Articles scientifiques: Tous les articles récents pour "Tumeurs du sein"
       
      Essais cliniques (en Suisse ou France) pour "Tumeurs du sein"


    Tél. Urgences:  Ambulance : 144 Autres numéros d'urgences Services de garde par cantons
    Retour à l'accueil Contacts A propos de SanteRomande - © 2016 Newsletter Dernière modification: Mar 2012