MaSantéRomande
-Créer un compte (gratuit)
-Ouvrir une session

Informations Maladies
Professionnels de santé
Hôpitaux, Cliniques
Associations de patients
Organismes officiels
Sports et Alimentation
Offres d'emploi Santé
Situations de vie
Notre sélection de thèmes


Actualités Santé en Suisse:

Confédération suisse

Swissmedic - Sécurité des médicaments

Agenda santé
Annonce:
Plus d'information sur le HONcode
 
En partenariat avec l'AMG:
Localisez les médecins proche de vous!
Appli gratuite
sur Itunes et Android
Android
Apple Store
Applications mobiles Suisses indispensables
 Emissions télévisées

Newsletter gratuite:


Enquêtes:
  • Enquête auprés des médecins genevois de l'AMG
  • Donnez votre avis sur SanteRomande

  • Ajouter un site

    Soutenez SanteRomande - Faites un don
    Tumeur prostate


    Description générale de la page
      Un cancer de la prostate correspond au développement de cellules cancéreuses dans la prostate. Le plus souvent, ces cellules se développent essentiellement dans la zone périphérique de la prostate, un peu moins dans la zone centrale.
      Tous les hommes atteints d'un cancer de la prostate n'ont pas le même cancer ; ils n'ont donc pas le même traitement. Le médecin propose à chaque patient un ou plusieurs traitements adaptés à sa situation. C'est ce qui permet d'obtenir les meilleures chances de guérison.
      Source: Comprendre le cancer de la prostate (curie.fr)


    Causes

      Les causes du cancer de la prostate ne sont pas encore établies. Certains facteurs de risque sont reconnus comme l'âge, les antécédents familiaux et plus récemment mis en cause, le régime alimentaire occidental trop riche en graisse animale.
      Source: Le cancer de la prostate (lasante.net)


    Fréquence

      C'est la première cause de cancer chez l'homme, et le cancer le plus fréquent chez l'homme de plus de 50 ans:

      • En France, plus de 20.000 cas diagnostiqués chaque année.
      • Responsable d'une mort sur 10.
      • Touche 75 hommes sur 100.000.
      • Exceptionnel avant 50 ans. Passé cet âge, une consultation annuelle de dépistage doit être systématique.
      • 70% des hommes de plus de 90 ans ont un cancer de la prostate.
      • 87% des cancers de le prostate au moment où ils ont été diagnostiqués l'ont été au stade localisé.
      • L'âge moyen auquel le diagnostic est fait est de 74 ans.
      • Le pronostic en terme de surmortalité est de 6,67 % à 10 ans.

      Source: Cancer de la prostate (généralités) (docteurclic.com)


    Facteurs de risque

      • L'âge.
      • Les facteurs familiaux : selon le nombre de parents du premier degré atteints d'un cancer de la prostate, le risque de cancer pour un homme de la famille peut être 2 à 5 fois celui d'un homme sans antécédents familiaux.
      • Les antécédents de vasectomie.
      • Les régimes alimentaires riches en graisses.
      • Autres facteurs : faible activité physique, masse corporelle élevée, taux d'hormones sexuelles. N'ont pas été identifiés comme facteurs de risque: les troubles de sécrétion de la testostérone, le statut socio économique, le tabac, l'alcool, l'activité sexuelle.

      Source: Le cancer de la prostate (caducee.net)


    Symptômes

      Le cancer de la prostate évolue lentement sur une dizaine d'années environ. Le cancer n'est parfois jamais découvert du vivant du malade.

      De nombreux hommes meurent avec un cancer de la prostate sans que celui-ci soit à l'origine de leur décès.

      • Besoin fréquent d'uriner.
      • Difficulté à retenir l'urine ou, au contraire, à commencer d'uriner.
      • Impossibilité d'uriner.
      • Débit urinaire faible ou discontinu.
      • Douleur ou sensation de brûlure à la miction.
      • Présence de sang dans les urines.
      • Ejaculation douloureuse.
      • Douleur sourde au bas du dos, dans les hanches ou en haut des cuisses.

      Source: Le cancer de la prostate (sante-medecine.commentcamarche.net)


    Diagnostic

      • Toucher rectal:
        Le médecin insère un doigt ganté dans le rectum pour palper la prostate et vérifier l'existence d'irrégularités. Ce moyen ne permet qu'une appréciation partielle; seulement la moitié des cancers peuvent être ainsi détectés.
      • Prise de sang pour mesurer l'APS:
        Le cancer de la prostate peut être dépisté par la constatation de l'augmentation d'une protéine produite par la prostate, l'APS (antigène prostatique spécifique), dans le sang. Une quantité élevée (plus de 4 nanogrammes/ml) est associée à un cancer de la prostate dans environ 25 % des cas et à un autre trouble de la prostate dans 75 % des cas (hypertrophie bénigne de la prostate, inflammation ou infection de la prostate). Ainsi, un résultat élevé à ce test ne signifie pas nécessairement qu'il y a cancer. De plus, le dosage de l'APS ne décèle pas tous les cas de cancers cliniquement significatifs. Lors d'une étude évaluant l'efficacité du test de l'APS, 15 % des hommes ayant obtenu un résultat négatif à ce test (d'une cohorte de 2 950 hommes âgés de 62 ans à 91 ans) avaient effectivement le cancer de la prostate1. Le dosage de l'APS est aussi utilisé pour suivre l'évolution du cancer de la prostate.
      • Échographie transrectale:
        Grâce aux échos produits par un faisceau d'ultrasons et interprétés par un ordinateur, le médecin peut obtenir une représentation (image échographique) de la prostate. Cette technique est utilisée à des fins diagnostiques, et non de dépistage.
      • Biopsie:
        Seule une biopsie permet de diagnostiquer un cancer de la prostate. Elle est généralement pratiquée à l'aide d'une aiguille insérée dans la prostate et est réservée aux hommes qui ont un taux élevé d'APS ou un toucher rectal anormal. La biopsie n'est toutefois pas dénuée d'effets indésirables, comme par exemple, des douleurs à la prostate.
      • Cystoscopie:
        Examen interne de la vessie qui se pratique après l'introduction d'un cystoscope dans l'urètre.

      Source: Passeport santé (passeportsante.net)


    Traitement

      • La chirurgie:
        L'ablation de la totalité de la prostate,la prostatectomie radicale est réservée au sujet avant 70 ans. Elle se fait par une incision au dessus du pubis.
        D'autres techniques chirurgicales plus récentes utilisant la coelioscopie sont d'une moins grande utilisation et encore en évaluation.
      • La radiothérapie:
        Celle-ci revêt plusieurs formes : radiothérapie externe conventionnelle, radiothérapie conformationnelle où le champ d'irradiation est plus limité, et la curiethérapie qu'on appelle aussi radiothérapie interstitielle.
        La radiothérapie externe de la prostate donne de bons résultats mais n'assure pas une suppression totale des cellules cancéreuses.
      • L'hormonothérapie:
        Réservée à certains types de cancers, la radiothérapie est surtout utilisée dans le cas d'une intervention impossible (mauvais état général, métastases). Elle consiste au recours aux hormones hypophysaires LH et FSH qui bloquent la sécrétion d'hormone mâles.
      • La curiethérapie:
        AUparavent peu utilisée en raison de ses effets indésirables (brûlures) pour des résultats inférieurs à ceux de la radiothérapie. A présent il semble que les résultats soit bien meilleurs (80% de rémission). Elle consiste à déposer dans la prostate 70 petits grains d'iode 125 (iode radioactive) grâce à des aiguilles. Cela se fait sous anesthésie générale ou anesthésie locale. Les effets secondaires sont réduits et la sexualité conservée.
      • La chimiothérapie:
        Pratiquement pas utilisée en raison de sa très faible efficacité.
      • Autres:
        On peut également détruire la tumeur grâce à diverses techniques récentes comme la cryochirurgie ou les ultrasons focalisés pour lesquelles on manque encore de recul.
      • On peut enfin envisager dans certains cas une simple surveillance.

      Source: L'Internaute Santé (linternaute.com)


    Illustrations

    Source: GlaxoSmithKline en France (gsk.fr)

    Sélection d'articles scientifiques (pour patients)

    Sélection d'articles scientifiques (pour professionnels)

    Association(s)

    Articles scientifiques: Tous les articles récents pour "Tumeur prostate"
     

    Tél. Urgences:  Ambulance : 144 Autres numéros d'urgences Services de garde par cantons
    Retour à l'accueil Contacts A propos de SanteRomande - © 2016 Newsletter Dernière modification: Mar 2012