MaSantéRomande
-Créer un compte (gratuit)
-Ouvrir une session

Informations Maladies
Professionnels de santé
Hôpitaux, Cliniques
Associations de patients
Organismes officiels
Sports et Alimentation
Offres d'emploi Santé
Situations de vie
Notre sélection de thèmes


Actualités Santé en Suisse:

Confédération suisse

Swissmedic - Sécurité des médicaments

Agenda santé
Annonce:
Plus d'information sur le HONcode
 
En partenariat avec l'AMG:
Localisez les médecins proche de vous!
Appli gratuite
sur Itunes et Android
Android
Apple Store
Applications mobiles Suisses indispensables
 Emissions télévisées
Endométriose: quand une maladie négligée fait l’objet d’un gros businessÉmission 36.9° - TSR
Endométriose: quand une maladie négligée fait l’objet d’un gros business
18 janvier 2017

Newsletter gratuite:


Enquêtes:
  • Enquête auprés des médecins genevois de l'AMG
  • Donnez votre avis sur SanteRomande

  • Ajouter un site

    Soutenez SanteRomande - Faites un don
    Infertilité masculine


    Généralités/Définitions

    Causes

      Elles peuvent être mécaniques, infectieuses, génétiques. Une origine hormonale est rarement en cause.

      • Les traumatismes du ou des testicules
      • Les séquelles d'infections virales (notamment par le virus des oreillons)
      • Les infections sexuellement transmissibles
      • La consommation d'alcool et de tabac
      • Les irradiations
      • Le varicocèle (varices se développant au niveau des testicules)
      • La cryptorchidie (absence de descente des testicules dans le scrotum au cours du développement embryonnaire)
      • La chimiothérapie
      • L'éjaculation rétrograde : le sperme n'est pas éjaculé vers l'extérieur mais vers la vessie
      • L'exposition à de trop fortes quantités de chaleur
      • La présence d'anticorps anti-spermatozoïdes : les hommes peuvent parfois s'immuniser contre leurs propres spermatozoïdes : dans ce cas la, la mobilité et la capacité fécondante des spermatozoïdes est diminuée
      • Certaines maladies du foie et du rein
      • Des expositions répétées à des composées chimiques
      • Obturation des canaux (épididymes, canaux déférents ou éjaculateurs) devant permettre la sortie des spermatozoïdes malgré une qualité normale de spermatozoïdes produits par les testicules
      • Une anomalie génétique: Le syndrome de Klinfelter, anomalie chromosomique, qui associe une atrophie des testicules, une azoospermie( absence de spermatozoides dans l'éjaculat) et une gynécomastie.

      Source: La stérilité masculine (sante-medecine.commentcamarche.net)


      Causes environnementales

      Elles ont liées à la pollution et aux expositions professionnelles. Les pesticides sont parmi les premières substances à être mises en cause du fait de leur large utilisation, notamment en agriculture. Ils sont présents dans l'air mais surtout dans les eaux de ruissellement (Cooper et al (1999)). Trois produits couramment utilisés sont reconnus comme ayant des effets délétères sur la spermatogenèse : trazine, trifluraline et perméthrine (Environnement Canada, [On line]). Toujours en agriculture, le dibromochloropropane (DBCP), utilisé comme nématocide dans les cultures d'agrumes, génère des azoospermies souvent irréversibles. Son utilisation non contrôlée au Costa Rica aurait rendu définitivement stériles plus de 4000 ouvriers (Seroussi). Toutefois, de nombreux autres pesticides (tableau 4) possèdent des effets nocifs sur la production des gamètes mâles. L'utilisation de la plupart d'entre eux n'est pas réglementée.

      Les métaux lourds tels que le plomb, le cadmium, le mercure, l'étain et le lithium constituent un groupe d'éléments chimiques qui ont non seulement des conséquences néfastes sur la spermatogenèse, mais qui engendrent également des effets tératogènes. Ceux-ci pourraient inhiber certaines fonctions des enzymes contenues dans l'acrosome.

      Les rejets industriels de l'industrie du plastique posent un problème depuis longtemps mais ce n'est que depuis une dizaine d'années que les scientifiques se sont alarmés en constatant que certaines molécules entrant dans la composition d'emballages, d'encres, de peintures, de cosmétiques (Routledge et al (1998)) et de produits dérivés du vinyle, avaient des propriétés proches des strogènes. Les premières victimes ont été les alligators peuplant les bayous pollués de Floride (Guillette et al (1996), Lester) dont le taux de testostérone s'est effondré, certains de ces reptiles mâles s'étant même féminisés.

      Dans un rapport scientifique de la Chambre des Communes de Grande Bretagne (Parliament Office Science and Technology (1998)) les substances mimant les stéroïdes sont directement mises en cause dans la baisse constante du nombre des spermatozoïdes humains. Il s'agit de phtalates provenant de l'industrie du plastique mais aussi de phyto-stéroïdes contenus dans certains aliments tels que le soja, les choux et les épinards (Hopert et al (1998), MAFF).

      Les radiations ionisantes sont depuis longtemps reconnues pour leur impact sur la quantité et la qualité des spermatozoïdes. Chez l'homme, l'irradiation des organes génitaux peut entraîner une stérilité temporaire si la dose est comprise entre 2 et 6 Gy. Cette stérilité devient définitive si la dose est supérieure à 8 Gy (Seroussi). D'autres types de rayonnements (micro-ondes, ultrasons) seraient également susceptibles d'influer sur la qualité des spermatozoïdes mais les données restent peu claires.

      Les habitudes vestimentaires sont mises en cause : le port de pantalons trop serrés pourrait augmenter la température du scrotum et altérer la qualité des spermatozoïdes. Enfin, la consommation exagérée d'alcool a des effets certains sur la spermatogenèse en inhibant la synthèse de testostérone.
      Source: (assim.refer.org)


    Prévention

      Que peuvent faire les garçons pour préserver leur fécondité ?
      1. La façon la plus sûre d'hypothéquer sa fécondité est d'attraper une infection sexuellement transmissible (IST) comme celles véhiculées par les chlamydias ou les gonocoques.
      2. La seconde façon est d'attraper une orchite (inflammation du testicule induite par une bactérie ou par le virus des oreillons).
      3. Certaines professions sont connues pour entamer la fécondité
      4. Le tabagisme est dangereux pour la fécondité.
      5. L'alcool également exerce des effets négatifs sur la qualité des spermatozoïdes, notamment.
      6. Le nombre de partenaires.

      Source: La fécondité au masculin - CareVox : apprendre et partager l'info santé (carevox.fr)


    Symptômes

      Les anomalies des spermatozoïdes

      • L'Oligospermie : elle correspond à une quantité insuffisante de spermatozoïdes dans le sperme. Normalement il y a au moins 20 millions de spermatozoïdes par ml de sperme. Un nombre inférieur à 10 millions/ml peut être responsable d'une infertilité
      • L'Azoospermie : le liquide spermatique ne contient aucun spermatozoïde
      • L'Asthénospermie : elle correspond à un défaut de mobilité des spermatozoïdes qui éprouvent des difficultés à se déplacer. Il y a normalement au moins 40 % de spermatozoïdes mobiles dans le sperme. En dessous de ce seuil, on parle d'asthénospermie
      • La nécrospermie : elle est caractérisée par un pourcentage élevé de spermatozoïdes morts (> 50 %). Elle est souvent due à des infections
      • La tératospermie : elle correspond à une quantité trop importante de spermatozoïdes mal formés et témoigne de la présence d'un taux anormalement élevé de spermatozoïdes anormaux de l'ordre de mois de 50 %
      • Souvent les anomalies sont associées on peut alors parler d'oligoasthénospermie ou d'oligoasteno-tératospermie

      Source: La stérilité masculine (sante-medecine.commentcamarche.net)


    Diagnostic

      On ne peut conclure à un spermogramme pathologique uniquement lors d'un contrôle effectué trois mois après l'examen initial. La spermatogenèse (processus de production des spermatozoïdes) comporte des fluctuations spontanées ou liées à une affection passagère comme de la fièvre, un syndrome infectieux, le stress. Un premier spermogramme anormal nécessite donc toujours un contrôle. Etant donné le temps de fabrication des spermatozoïdes au cours de la spermatogenèse (74 jours), ce contrôle ne peut être pratiqué que trois mois plus tard.

      D'autres examens sont prescrits dans le cadre de l'exploration de la fertilité masculine lorsque l'examen clinique initial ou l'examen spermatique mettent en évidence une anomalie.
      Ces examens visent à rechercher la cause de l'anomalie et à orienter au mieux le traitement qui sera proposé pour chaque situation.

      Le spermogramme permet d'évaluer :

      • la numération des spermatozoïdes par millilitre.
      • la mobilité des spermatozoïdes (en pourcentage) une et quatre heures après l'éjaculation.
      • la vitalité des spermatozoïdes (en pourcentage).
      • le volume de l'éjaculat (en millilitres).
      • la viscosité du sperme.
      • le PH du sperme.
      • la présence ou l'absence d'agglutinats.
      • la numération des globules blancs présents dans l'éjaculat.

      Le spermocytogramme permet d'évaluer :

      • la morphologie des spermatozoïdes.
      • le pourcentage des formes atypiques (formes anormales).

      Source: Spermogramme - Spermocytogramme (docteur-benchimol.com)


    Articles scientifiques: Tous les articles récents pour "Infertilité masculine"
     
    Essais cliniques (en Suisse ou France) pour "Infertilité masculine"


    Tél. Urgences:  Ambulance : 144 Autres numéros d'urgences Services de garde par cantons
    Retour à l'accueil Contacts A propos de SanteRomande - © 2016 Newsletter Dernière modification: Jan 2011