Informations Maladies
Professionnels de santé
Hôpitaux, Cliniques
Associations de patients
Organismes officiels
Sports et Alimentation
Offres d'emploi Santé
Situations de vie
Notre sélection de thèmes
Outils et jeux interactifs

Naviguez dans le corps humain en 3D

Actualités Santé en Suisse:

Confédération suisse

Swissmedic - Sécurité des médicaments

Agenda santé
Annonce:
Plus d'information sur le HONcode
 
En partenariat avec l'AMG:
Localisez les médecins proche de vous!
Appli gratuite
sur Itunes et Android
Android
Apple Store
Applications mobiles Suisses indispensables
 Emissions télévisées

Newsletter gratuite:


Enquêtes:
  • Enquête auprés des médecins genevois de l'AMG
  • Donnez votre avis sur SanteRomande

  • Ajouter un site

    Soutenez SanteRomande - Faites un don

    Liens sélectionnés par Health On the Net Foundation dans le cadre de l'émission 36.9° diffusée le mercredi 30 novembre 2011, 20:10 sur RTS 1:

    Sport défonce, coeurs défoncés

    Sport défonce, coeurs défoncés Le message a été martelé: faire du sport est bon pour la tête et pour le cœur. Mais si la sédentarité nuit à notre santé, le sport pratiqué avec excès peut aussi générer des problèmes cardiaques et psychiques graves. Il est ainsi avéré qu'une pratique intensive du sport peut avoir les mêmes effets qu'une drogue dure, d'où une addiction qui relève d'une pathologie appelée "bigorexie".

    Je bouge donc je vis!

    • Recommandations mondiales en matière d'activité physique pour la santé
      "L'OMS a mis au point les Recommandations mondiales en matière d'activité physique pour la santé dans le but de fournir aux décideurs politiques nationaux et régionaux des indications sur la relation dose/effet entre la fréquence, la durée, l'intensité, le type et la quantité totale d'activité physique nécessaire pour prévenir les maladies non transmissibles."
      2010
      Source: OMS
    • "Il a été scientifiquement démontré que l'activité physique favorise une meilleure santé. L'idée que l'activité physique préserve et améliore la santé est d'ailleurs très ancienne. En effet, Cicéron (106-43 avant JC) affirmait déjà que « l'exercice et la tempérance préservent notre vitalité, même à un âge avancé ».
      Les bienfaits de l'exercice sont nombreux et considérables. Ces derniers concernent non seulement le plan physique et psychologique, mais également la qualité de vie. La pratique d'une activité physique régulière joue un rôle essentiel dans la prévention primaire et secondaire de certaines maladies."

      2009
    • Réseau suisse Santé et activité physique
      "Plus connu sous le nom de hepa.ch, le Réseau suisse Santé et activité physique regroupe des organisations, des institutions et des entreprises qui se sont donné pour tâche de promouvoir la santé par le biais de l'activité physique et du sport. Le sigle «hepa» vient de l'anglais Health Enhancing Physical Activity (activité physique ayant des effets positifs pour la santé); quant au «ch», il indique que les membres du réseau sont des entités actives en Suisse."
      Novembre 2011
      Source: HEPA
    • Programme national alimentation et activité physique
      "L'Office fédéral de la santé publique (OFSP), en collaboration avec l'Office fédéral du sport (OFSPO), Promotion Santé Suisse, les cantons et d'autres acteurs importants de la politique suisse en matière d'alimentation et d'activité physique a élaboré le Programme national alimentation et activité physique 2008–2012 (PNAAP). Ce programme définit la stratégie nationale pour la promotion d'une alimentation saine et d'une activité physique régulière. Le Conseil fédéral l'a accepté le 18 juin 2008 et a mandaté le Département fédéral de l'intérieur pour le mettre en œuvre."
      2008
      Source: OFSP
    • Promotion Santé Suisse
      "Un élément central de la stratégie à long terme de Promotion Santé Suisse est la mise en oeuvre de programmes d'action en collaboration avec les cantons. Notre objectif est, avec ces programmes d'action, de créer des conditions cadres qui permettent de s'adresser aux enfants et aux adolescents via des mesures ciblées."
      Novembre 2011
      Source: Promotion Santé Suisse
    Au cœur du sport

    • La fibrillation auriculaire (ou atriale)
      Nous vous invitons à prendre connaissance de cette page qui vous résume l'anatomie et fonction du cœur et vous explique clairement cette pathologie qu'est la fibrillation auriculaire ou également dite atriale.
      Août 2008
      Source: e-cardiologie
    • La fibrillation atriale de l'athlète
      "L'incidence de la fibrillation auriculaire (FA) est augmentée par l'activité sportive, notamment intense et endurante. Les conséquences en termes de baisse des performances, parfois de restriction à la compétition peuvent être importantes chez l'athlète. Le traitement médical est particulièrement difficile à manier, et la place des techniques ablatives encore discutée."

      Cet article fait brièvement le point sur le risque de fibrillation auriculaire chez l'athlète et les aspects thérapeutiques.
      Septembre 2010
      Source: Consensus Cardio

    • Cardiomyopathie ou cœur d'athlète?
      Cet présentation powerpoint, principalement destinée aux professionnels de la santé, s'intéresse aux conséquences du sport sur le cœur des athlètes.
      2006
      Source: Université de Rennes
    • Aux origines du coeur d'athlète
      "Un cŒur d'athlète peut aller jusqu'à doubler sa capacité habituelle. Pour une personne sportive de 70 kilos, il atteindra facilement 1 litre et demi contre 750 ml pour un sédentaire. Rien d'anormal à cela. Au contraire, un gros cŒur témoigne d'une bonne adaptation aux efforts … C'est une des raisons pour lesquelles les médecins encouragent à faire du sport, surtout des disciplines dites "d'endurance" comme le vélo, la course à pied, la natation. En clair, on muscle son cŒur!"
      Juillet 2003
      Source: e-sante
    • Electrophysiologie et arythmies cardiaques
      "Le Centre Cardio-Vasculaire de la Clinique Cecil propose plus de 6 ans des traitements des arythmies cardiaques dans son laboratoire d'électrophysiologie. Nous avons rencontré le Professeur Etienne Delacrétaz, cardiologue FMH, spécialiste des arythmies cardiaques et pratiquant à la Clinique Cecil, afin d'obtenir des précisions sur cette technologie de pointe qui souvent peut définitivement soulager les personnes atteintes."
      Janvier 2011
      Source: 24heures
    Sport addict

    • La bigorexie
      "La bigorexie est une conduite addictive liée au sport. Une personne qui en souffre affirme ne plus pouvoir se passer de sport, et se sentir mal si elle est obligée de ne pas pratiquer."
      Juillet 2007
      Source: e-santé
    • L'addiction à l'exercice physique
      "Glasser décrit ainsi une addiction à la pratique sportive, qu'il qualifie de positive afin de la distinguer des addictions classiques considérées comme négatives – alcool, drogues… Dans sa conception, la poursuite d'une activité physique (initialement la course à pied, mais par extrapolation on peut inclure la plupart des pratiques sportives) devient addiction par dépassement d'un effet seuil d'ennui, de fatigue, de lassitude."
      2002
      Source: Psychotropes
    • La dépendance à l'effort
      "Alors que le sport est considéré comme favorable au maintien de la santé, le phénomène de dépendance sous‐entend une réalité fortement négative. Il convient donc d'en mesurer l'impact et d'évaluer dans quelles conditions une prise en charge peut être engagée. L'hypothèse de l'existence de ce phénomène addictif étant posée, il est nécessaire de préciser ce que l'on entend par « dépendance à l'effort » ou « addiction à l'activité physique », ce que cette réalité implique tant du point de vue comportemental que physiologique. Par ailleurs, il est probable que divers degrés de dépendance existent : quels sont‐ils et comment les mesurer ? Enfin, une fois cette dépendance installée, il est utile de se questionner sur la nécessité ou non d'intervenir et dans l'affirmative, quelles sont les possibilités et outils à notre disposition en tant que préparateur mental."
      Juin 2010
      Source: Université de Lille
    • Dépendance au sport : enfin un outil pour l'évaluer !
      Une équipe franco-canadienne vient de mettre au point un outil permettant d'évaluer la dépendance à l'activité physique. Cette nouveauté n'en est une en fait que… pour les francophones, puisqu'une version anglophone de cette échelle d'évaluation existait depuis… 1997. Mais il s'agit naturellement, de bien autre chose que d'une simple traduction. « Les critères d'évaluation sont basés sur ceux utilisés pour identifier une dépendance à une substance », expliquent les auteurs.
      Octobre 2011
      Source: Université de Montréal
    • Arrêt du sport intensif et toxicomanies
      "Si les données épidémiologiques mettant en évidence une relation entre le sport de haut niveau et la consommation problématique de drogues donnent des résultats souvent mitigés et peu concluants, celles qui lient les comportements addictifs à des antécédents d'une pratique sportive intensive semblent plus consistantes. L'objet premier de cet article est de synthétiser une série de données relatives à ce sujet. Le second est de présenter des hypothèses qui ont été émises pour expliquer cette relation, et d'en dégager l'une ou l'autre implication."
      Décembre 2009
      Source: prospective-jeunesse
    • Enquête expérimentale sur la consommation de substances psychoactives
      "Dès 1995, la possibilité d'un lien entre l'activité sportive et la consommation de substances psychoactives a été évoquée par William Lowenstein et Frédéric Nordmann. Les questions relatives aux antécédents sportifs furent posées de manière systématique à chaque patient hospitalisé. Ainsi, une enquête préliminaire eu lieu de 1995 à 1997, auprès de 100 patients admis pour un traitement de substitution: 20% avaient eu une activité physique intensive (plus de 3 heures de sport par jour pendant au moins 3 années consécutives) et 8% étaient d'anciens sportifs ayant honoré des sélections nationales et participé à des compétitions internationales."
      Novembre 2007
      Source: Philippe Arvers
    Du sport, mais pas trop

    • Le sport est-il bon pour la santé?
      Cette présentation powerpoint du Dr Cascua passe en revue les effets négatifs de l'activité sportive et les comportements à adopter afin de profiter des bienfaits du sport.
      Février 2004
      Source: sportsante.info
    • Mieux connaître la pratique... de la Course à Pied
      "La course à pied, le jogging, le footing peuvent se pratiquer n'importe où, près de chez soi ou de son travail, en vacances ou en déplacements.
      L'inconvénient majeur de la pratique de la course à pied est représenté par les chocs induits lors de la propulsion et la réalisation de la foulée. Les kilos en trop sont les ennemis du coureur à pied."

      Cette page vous explique comment bien pratiquer la course à pied afin d'en éviter les conséquences négatives sur le corps.
      Août 2009
      Source: IRBMS

    • Articulations (sport et travail)
      "Les travailleurs manuels, les utilisateurs de l'ordinateur et les sportifs sont les personnes les plus à risque de souffrir d'une tendinite ou d'autres troubles musculosquelettiques.

      D'après les données les plus récentes de Statistique Canada, 10 % des Canadiens âgés de 20 ans ou plus souffrent d'une lésion attribuable à des mouvements répétitifs de façon suffisamment importante pour devoir limiter leurs activités.

      Cette section présente les moyens de traiter les lésions attribuables aux mouvements répétitifs, et offre plusieurs trucs pratiques pour prévenir leur réapparition."
      Février 2011
      Source: PasseportSanté

    Recherche de pages web de santé:


    Trier par , par

    Tél. Urgences:  Ambulance : 144 Autres numéros d'urgences Services de garde par cantons
    Retour à l'accueil Contacts A propos de SanteRomande - © 2020 Newsletter Dernière modification: Juin 2015