Informations Maladies
Professionnels de santé
Hôpitaux, Cliniques
Associations de patients
Organismes officiels
Sports et Alimentation
Offres d'emploi Santé
Situations de vie
Notre sélection de thèmes
Outils et jeux interactifs

Naviguez dans le corps humain en 3D

Actualités Santé en Suisse:

Confédération suisse

Swissmedic - Sécurité des médicaments

Agenda santé
Annonce:
Plus d'information sur le HONcode
 
En partenariat avec l'AMG:
Localisez les médecins proche de vous!
Appli gratuite
sur Itunes et Android
Android
Apple Store
Applications mobiles Suisses indispensables
 Emissions télévisées

Newsletter gratuite:


Enquêtes:
  • Enquête auprés des médecins genevois de l'AMG
  • Donnez votre avis sur SanteRomande

  • Ajouter un site

    Soutenez SanteRomande - Faites un don

    Emission 36.9° diffusée le mercredi 20 février 2013, 20:15 sur RTS 1:

    La vie grâce aux robots

    La vie grâce aux robots Les progrès de la technologie et de la robotique permettent de compenser pas mal de handicaps, jusqu'à parfois faire mieux que la biologie elle-même. Témoignages et images saisissantes sur le couplage homme-machine-handicap.

    Handicap

    • Handicap et santé : Principaux faits

      - Plus d'un milliard de personnes, c'est-à-dire environ 15% de la population mondiale, présentent une forme ou une autre de handicap.
      - Entre 110 et 190 millions de personnes ont des difficultés importantes sur le plan fonctionnel.
      - La fréquence du handicap augmente en raison du vieillissement de la population et de l'augmentation des maladies chroniques, entre autres causes.
      - Les handicapés ont moins accès aux services de santé et ont donc des besoins en soins de santé qui ne sont pas satisfaits.

      Novembre 2012
      Source: OMS
    • Qu'est-ce que le handicap pour moi?

      Les handicapés sont très divers. Ils sont tous d'âge, de sexe, de situation socio-économique, de sexualité, d'origine ethnique et héritage culturel différents. Chaque personne a ses préférences et ses réponses personnelles face au handicap.

      Les affections associées au handicap peuvent être visibles ou non; temporaires ou de longue durée; statiques, épisodiques, ou dégénératives; douloureuses ou sans conséquences.

      Ces récits du handicap, ainsi que la série de vidéos intitulée Qu'est-ce que le handicap pour moi?, témoignent de la vie des handicapés. Leurs noms et leurs visages personnalisent quelques-uns des handicapés sur le milliard de personnes qui le sont dans le monde.
      Juin 2011
      Source: OMS
    • Handicape en Suisse

      Chiffres et statistiques :
      780 000 personnes handicapées En Suisse, on compte environ. 780 000 personnes présentant un handicap physique, mental, sensoriel et/ou psychique. Sur ces 780 000 personnes, 45% sont des hommes et 55% des femmes.
      Selon l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS), le nombre de rentières et rentiers AI se monte à 240 000 (rente complètes et rentes partielles). 12 % de ces rentes sont versées du fait d'un handicap congénital, 78 %du fait d'un handicap par suite de maladie et 10 % du fait d'un handicap par suite d'accident.
      Sources: Pro Infirmis, Statistiques de l'AI - Office fédéral des assurances sociales (OFAS)

      Loi en Suisse :
      -Art 8 Constitution : La loi prévoit des mesures en vue d'éliminer les inégalités qui frappent les personnes handicapées. Source : Confédération suisse
      - Ordonnance sur l'élimination des inégalités frappant les personnes handicapées (Ordonnance sur l'égalité pour les handicapés, OHand). Source : Confédération suisse
      -151.3 - Loi fédérale sur l'élimination des inégalités frappant les personnes handicapées (Loi sur l'égalité pour les handicapés, LHand). Source : Confédération suisse

      Loi en France :
      - Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Source : legifrance.gouv.fr

    Prothèses

    • Histoire de prothèses

      Les premières prothèses remonteraient à la Préhistoire, au temps où les hommes ont commencé à tenir sur leurs deux pieds, une fois debout ils ne cherchaient qu'une chose, le rester. L'instinct de survie était primordiale, ils leur fallu donc trouver de quoi remplacer leurs membres amputés ou estropiés.
      D'après des chercheurs allemands, les Égyptiens étaient capables d'amputer et de concevoir des prothèses; ils appuient leur théorie sur une momie d'une femme morte il y a environ 3 000 ans. Elle fut amputée de son orteil droit qui fut remplacé par une prothèse en bois sculpté
      Source: Les prothèses du futur
    • Qu'est ce qu'une prothèse ?

      Le mot "prothèse" vient du grec "prothesis" (addition).

      Les prothèses utilisées en chirurgie orthopédique ont généralement pour objectif de remplacer (en partie ou en totalité) une articulation usée et douloureuse.

      La prothèse est une articulation artificielle, composée de pièces mécaniques synthétiques (implants prothétiques) de la même forme que l'articulation. Elle rend, dans la mesure du possible, les mêmes services qu'une articulation naturelle (souplesse, stabilité, etc.). L'intervention chirurgicale de "remplacement articulaire" par une prothèse s'appelle l' arthroplastie".

      NOTRE AVIS II ne faut pas confondre une prothèse qui remplace un élément du corps et une orthèse, appareillage orthopédique externe qui soutient une articulation défaillante (exemple : une genouillère, une attelle). Une prothèse articulaire est une articulation artificielle qui remplace une articulation usée et douloureuse.

      Source: orthopedie-cochin.org
    • Qu'est ce qu'une prothèse totale?

      Une prothèse est "totale" lorsqu'elle remplace tous les composants de l'articulation. On dit prothèse totale par opposition à prothèse partielle. Elle se compose de plusieurs pièces mécaniques. Pour la hanche, la prothèse totale va remplacer les deux composants articulaires formant l'articulation de la hanche : la tête du fémur qui est sphérique, et la partie creuse du bassin dans laquelle elle s'emboîte, que l'on nomme le cotyle. Dans certains cas (fracture de l'extrémité supérieure du fémur), seule la tête du fémur est remplacée ; on parle alors de prothèse partielle (prothèse fémorale) ; le cotyle reste en place et n'est pas modifié.
      Source: orthopedie-cochin.org
    Recherche technologique

    • Recherche Technologique et Diffusion de l'innovation au service du Handicap

      L'amélioration de la qualité de vie des personnes handicapées résulte le plus souvent de la combinaison de multiples actions coordonnées impliquant le traitement des incapacités, de leur retentissement en situation et de la suppression des différents obstacles situationnels et environnementaux.

      Ces différentes mesures portent sur la personne handicapée elle -même (son corps), sur son environnement immédiat (son espace péri-personnel) et sur les obstacles matériels et humains auxquels elle se trouve confrontée (son espace extra-personnel). C'est à chacun de ces niveaux que doit pouvoir s'exercer la recherche technologique. En sachant que celle-ci ne saurait, par elle -même, régler tous les problèmes. Ces éléments impliquent que la recherche technologique doit être nécessairement multidisciplinaire et en liaison avec les voies de suppléance non technologiques. JM André (CHU Nancy)

      Les innovations techniques majeures dont ont bénéficié les personnes handicapées durant les dernières décennies ont été produites dans des champs à part, dont la finalité n'était pas de réduire le handicap.

      De nombreux exemples peuvent illustrer ce propos :

      - Les logiciels dit de « lecture d'écran » (« screen readers ») ont été rendus possibles par les progrès de la synthèse de parole, au confluent de la linguistique, de la phonétique, du traitement du signal et de l'électronique. Les machines qui permettent de faire lire les pages d'un livre sont une combinaison de techniques de numérisation, de reconnaissance des formes et de synthèse de parole.

      - La synthèse de parole, couplée à l'informatique, redonne la possibilité de s'exprimer à des gens que la maladie et la déficience motrice plongeaient autrefois dans l'isolement. Aucune de ces techniques n'avait été développée à l'origine pour ce genre d'application.

      - Les bras articulés pour les personnes handicapées motrices reposent sur les résultats de recherche en robotique, électronique, en mécanique, en intelligence artificielle.

      - La miniaturisation des techniques laser permet aujourd'hui de compléter de manière très intéressante la traditionnelle canne blanche, et de pousser un peu plus loin les limites de la perception tactilo-kinesthésique de l'environnement.

      - Les implants cochléaires ont fait des progrès considérables ces dernières années grâce à la miniaturisation électronique et au progrès de la théorie du signal.

      - L'intelligence artificielle permet de concevoir des aides à la communication pour des personnes ayant un handicap intellectuel. D. Burger (BrailleNet/ INSERM U 483):


      Janvier 2004
      Source: Professeur Philippe THOUMIE
    • Approches technologiques par type de handicap :

      Le Handicap moteur

        Parmi les pistes proposées, nous citerons :

      • Le développement des techniques impliquant différents systèmes implantés suivant un gradient croissant de difficulté:
        • Pompes à infusion, endoprothèses, greffes…
        • Stimulateurs pour la restauration de la préhension ou la marche
        • Nouvelles technologies pour l'interface directe entre cerveau et prothèses ou robots.

      • Le développement des systèmes permettant l'apprentissage et la rééducation.
        Soulignons l'approche de plus en plus technologique de la rééducation des affections du système nerveux (marche en appui partiel par harnais sur tapis roulant, stimulation électrique fonctionnelle)

      • Les technologies utilisées par la personne handicapée dans son espace péri-personnel et en contact direct avec elle : ce sont toutes les orthèses et les aides techniques et en particulier les fauteuils roulants. Il convient d'en développer l'aspect technologique tel que l'intégration de l'électronique aux dispositifs médicaux (capteurs et processeurs intégrés). Il convient également d'avoir une perception globale d'utilisation, leur multiplication pouvant conduire à un handicap ajouté.

      • Les techniques de compensation de l'environnement extra-personnel : ce sont en fait toutes les technologies d'aménagement et d'accessibilité. En premier lieu elles permettent d'éviter d'être confronté à un obstacle lors de l'accomplissement d'une tâche: elles constituent de véritables mesures préventives environnementales des handicaps et doivent avoir l'ambition de parvenir à un environnement compliant universel. En second lieu elles doivent permettre de maîtriser les obstacles rencontrés par les différentes situations de handicap. Le développement d'une téléthèse universelle (système de contrôle de l'environnement à distance) à reconnaissance vocale permettrait par exemple de couvrir l'ensemble des pathologies susceptibles d'utiliser la domotique.

      Le Handicap mental et cognitif

      • La conception d'interfaces adaptées au handicap mental ou aux troubles cognitifs devra être favorisée à partir de l'adaptation des outils existants dans le domaine des technologies de l'informatique, de la communication et de la rééducation.

      Le Handicap visuel

      • Le recours à la technologie dans ce domaine est riche.
        Certains aspects à favoriser ont été mis en avant :

        • La recherche technologique : elle trouvera son application dans le doma ine de la vision en particulier la vision robotique, l'intelligence artificielle, la synthèse et compression d'images animées, la modélisation des savoirs et connaissances, les nano et microsystèmes et les interfaces non visuelles.
        • La conception dès l'or igine des produits, services et TIC aux besoins des personnes aveugles
        • L'adaptation des technologies existantes (téléphones mobiles…)
        • L'accès à l'information écrite quel que soit le support
        • L'accessibilité aux réseaux Intranet
        • Le développement des outils et logiciels d'aide à la création et à l'évaluation de sites Internet accessibles
        • Les outils et logiciels d'aide à l'éducation et la rééducation
        • Le développement de l'usage des équipements dans la vie quotidienne, à l'école, en famille puis plus tard des outils incluant les logiciels du poste de travail.
        • Les aides au déplacement
        • La signalétique du déplacement, les transports


      Le Handicap auditif

        La recherche technologique dans le domaine de l'audition devrait porter sur :

      • Le perfectionnement des aides auditives et leur adaptation aux matériels de téléphonie
      • La recherche technologique sur les compensations gestuelles (réalisation de banques de signes pour archiver et enrichir la LSF, travaux préliminaire à la traduction LSF /langue orale/écrite) et sur la suppléance auditive.
      • Le développement des technologies de compensation à bases de stimuli visuels ou vibratoires.
      • Le développement et l'utilisation des aides techniques permettant le développement de l'accessibilité à l'ensemble de la vie sociale et culturelle :
        • Boucles magnétiques, liaisons infra-rouges
        • Conversion de phonèmes en visèmes labiaux avec des compléments par clés gestuelles (LPC ou Cued Speech)
        • Dispositifs permettant la transformation du discours oral en discours écrit en temps réel dans les domaines :
        • De la reconnaissance vocale (application aux réunions, aux émissions de télévision, aux communications téléphoniques)
        • De la prise de note par vélotypie (à partir d'un clavier orthographique) ou sténotypie (à partir d'un clavier phonétique).

      Janvier 2004
      Source: Professeur Philippe THOUMIE
    Innovations technologiques

    • La prochaine génération de contrôle de l'environnement pour les personnes en situation de handicap.

      Comment utiliser votre télévision ou allumer la lumière si vous vous trouvez dans une chaise roulante ? Comment écrire un SMS, si vous ne pouvez pas faire usage de vos doigts ? Il y a 20 ans, nous avons développé en première mondiale une télécommande universelle pour le contrôle de l'environnement, dédié au monde du handicap. Aujourd'hui, nous préparons la prochaine génération du système James. Grâce à l'application dédiée sur Android, il est possible de communiquer depuis des smartphones ou des tablettes modernes. La technologie RFID permet de détecter automatiquement le contexte dans lequel l'utilisateur se trouve, afin de rendre la tâche de sélection des fonctions sur l'écran plus rapide, plus simple et plus intuitive. La fonction de reconnaissance vocale, permet de s'exprimer pour commander le système par exemple en disant « James : Allumer lampe du salon ! ». La communication par GSM, SMS ou internet permet de rester en relation avec la famille et les amis. James IV connecte les personnes en situation de handicap au monde les entourant !

      Source: Fondation Suisse pour les Téléthèses
    • Prothèses de genou intelligentes et capteurs spécialisés

      Insérer des capteurs dans des prothèses de genou ou de hanche afin d'assurer un suivi in vivo et une prise en charge optimale des patients porteurs de prothèses. C'est le but du projet SimOS, coordonné par le professeur Peter Ryser. Co-directeur du Laboratoire de production microtechnique (LPM2), ce scientifique atypique, situé à mi-chemin entre l'industrie et l'académique, nous a ouvert les portes de son laboratoire, spécialisé dans les capteurs.

      Source: EPFL
    • Mal au genou: on change tout

      Près de 14'000 prothèses du genou sont posées chaque année en Suisse. C'est 3 fois plus qu'il y a 10 ans. Et la demande risque d'exploser dans les années à venir en raison de l'augmentation des cas d'arthrose et du vieillissement de la population. Un reportage de Françoise Ducret et Jean-Alain Cornioley

      Source: 36.9 - RTS - Emission du 06 octobre 2010
    • Une prothèse de bras entièrement contrôlée par la pensée

      C'est de Vienne qu'est arrivé un sensationnel nouveau développement dans la technologie médicale. Otto Bock HealthCare Products GmbH [1] a développé une prothèse de bras contrôlée / alimentée par la pensée. Le projet s'est construit sur une collaboration interdisciplinaire avec l'AKH [2] et l'Université de médecine de Vienne. La première personne à utiliser le "bras intelligent" en dehors des Etats-Unis est Christian Kandlbauer, un jeune homme d'Autriche du sud.
      [1] Otto Bock Healthcare Products GmbH : entreprise de technique médicale spécialisée dans le développement et la fabrication de prothèses, de fauteuils roulants et d'implants nerveux
      [2] AKH : Allgemeines Krankenhaus Wien: Hôpital central de Vienne

      Mai 2009
      Source: bulletins-electroniques.com
    • Le C-Leg® troisième génération Avancer avec confiance

      La fiabilité et la confiance accordée à sa prothèse jouent un rôle essentiel dans le quotidien de tout utilisateur. Le C-Leg troisième génération associe un gain au quotidien en matière de sécurité à la prise en compte des besoins personnels de l'utilisateur.

      Source: ottobock.com
    • Bionique

      Bionique. Étymologiquement, le mot dérive de la contraction de “bi” ou “bio”, pour vie, et du suffixe “onique” d'électronique. Le terme définit l'étude des systèmes mécaniques qui fonctionnent comme une partie d'un organisme vivant. D'ici quelques années, de quoi seront capables de tels dispositifs, en particulier appliqués dans le domaine des prothèses ? Les aides de “vie électronique” pourront- elles efficacement remplacer un membre disparu ou paralysé, ou encore compenser une activité sensorielle défectueuse ?

      Source: Faire Face - Novembre 2012
    • Centre de médecine Bionique

      Le Center for Bionic Medicine (CBM) est un programme de recherche à l'Institut de réadaptation de Chicago (RIC) repose sur plus de 20 années de recherche. Le but de CBM est d'améliorer la fonction et la qualité de vie des personnes qui ont subi la perte de membres. Actuellement, les personnes qui ont subi une amputation ne sont en mesure d'exploiter un mouvement à la fois avec des prothèses myoélectriques. CBM a mis au point une technique appelée «réinnervation ciblée" pour améliorer myoélectrique fonction prothèse. Avec cette technique, les nerfs amputés sont transférés à perdre du muscle et peau dans un moignon amputé. Croissance des nerfs dans le muscle de fournir des signaux de commande supplémentaires pour le fonctionnement d'une prothèse. Ceci permet aux patients de contrôler de multiples fonctions dans leur prothèse à la fois facile à un, de manière plus naturelle.

      Source: Center for Bionic Medicine (CBM) (en)
    Liens utiles

    Recherche de pages web de santé:


    Trier par , par

    Tél. Urgences:  Ambulance : 144 Autres numéros d'urgences Services de garde par cantons
    Retour à l'accueil Contacts A propos de SanteRomande - © 2019 Newsletter Dernière modification: Mar 2017