MaSantéRomande
-Créer un compte (gratuit)
-Ouvrir une session

Informations Maladies
Professionnels de santé
Hôpitaux, Cliniques
Associations de patients
Organismes officiels
Sports et Alimentation
Offres d'emploi Santé
Situations de vie
Notre sélection de thèmes


Actualités Santé en Suisse:

Confédération suisse

Swissmedic - Sécurité des médicaments

Agenda santé
Annonce:
Plus d'information sur le HONcode
 
En partenariat avec l'AMG:
Localisez les médecins proche de vous!
Appli gratuite
sur Itunes et Android
Android
Apple Store
Applications mobiles Suisses indispensables
 Emissions télévisées

Newsletter gratuite:


Enquêtes:
  • Enquête auprés des médecins genevois de l'AMG
  • Donnez votre avis sur SanteRomande

  • Ajouter un site

    Soutenez SanteRomande - Faites un don

    Emission 36.9° diffusée le mercredi 11 juin 2014, 20:15 sur RTS 1:

    50 ans, what else ?

    50 ans, what else ? Conseils santé pour quinqua angoissé dans 36.9°. Prostate, sexe, cœur : quels tests de dépistages sont utiles ou inutiles voir dangereux ? Pourquoi on prend du ventre, quels changement physiques et physiologiques faut-il affronter et comment mettre toutes les chances de son côté pour rester en bonne santé.

    Le vieillissement humain

    • DÉFINITIONS
      ● Le vieillissement correspond à l'ensemble des processus physiologiques et psychologiques qui modifient la structure et les fonctions de l'organisme à partir de l'âge mûr. Il est la résultante des effets intriqués de facteurs génétiques (vieillissement intrinsèque) et de facteurs environnementaux auxquels est soumis l'organisme tout au long de sa vie. Il s'agit d'un processus lent et progressif qui doit être distingué des manifestations des maladies. L'état de santé d'une personne âgée résulte habituellement des effets du vieillissement et des effets additifs de maladies passées (séquelles), actuelles, chroniques ou aiguës. ● La vieillesse connaît plusieurs définitions. L'OMS retient le critère d'âge de 65 ans et plus. Une définition sociale utilise l'âge de cessation d'activité professionnelle, ce qui revient à entrer dans la vieillesse à 55 - 60 ans ! Pour le calcul des taux d'équipements et de services destinés aux personnes âgées, l'âge de 75 ans est pertinent. Enfin l'âge moyen constaté dans les institutions gériatriques est d'environ 85 ans. La perception de sa vieillesse ou de celle des autres est très variable et personnelle. ● La longévité maximale d'une espèce est la durée de vie maximale observée pour cette espèce. Elle varie fortement d'une espèce à l'autre, allant d'un mois chez la mouche drosophile, à 3,5 ans chez le rat et jusqu'à 300 ans chez les tortues. Dans l'espèce humaine, le re c o rd de longévité est de 122 ans (Jeanne Calment). ● L'espérance de vie est le nombre moyen d'années de vie des personnes d'une classe d'âge donnée. ● De même on définit une espérance de vie sans incapacité ● La gériatrie est la discipline médicale qui prend en charge les personnes âgées malades comme la pédiatrie prend en charge les enfants malades. Il ne s'agit pas actuellement d'une spécialité d'exercice. Elle est moins définie par le fait de soigner des personnes âgées que par la façon dont on le fait. ● La gérontologie est la science qui étudie le vieillissement dans tous ses aspects : biomédical, socio-écono-mique, culturel, démographique... ● L'âgisme est la discrimination négative vis à vis des vieux et/ou de la vieillesse. La gérontophobie de certains services hospitaliers en est un exemple.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    EFFET DU VIEILLISSEMENT SUR L'ORGANISME

    • Effets du vieillissement sur les métabolismes
      Le vieillissement s'accompagne d'une diminution des capacités fonctionnelles de l'organisme. D'une façon générale, cette altération est la plus manifeste dans les situations qui mettent en jeu les réserves fonctionnelles (effort, stress, maladies aiguës). Cette diminution des réserves fonctionnelles induit une réduction de la capacité de l'organisme à s'adapter aux situations d'agression. De même, plusieurs systèmes de régulation de paramètres physiologiques s'avèrent moins efficaces chez le sujet âgé. Effets du vieillissement sur les métabolismes La composition corporelle de l'organisme se modifie au cours du vieillissement. Ce dernier s'accompagne à poids constant, d'une réduction de la masse m a i g re (en particulier chez le sujet sédentaire) et d'une majoration proportionnelle de la masse grasse (en particulier viscérale). Les besoins alimentaires (qualitatifs et quantitatifs) des personnes âgées sont sensiblement identiques à ceux d'adultes plus jeunes ayant le même niveau d'activité physique. Le métabolisme des glucides est modifié au cours de l'avance en âge. La tolérance à une charge en glucose est réduite chez les personnes âgées indemnes de diabète sucré ou d'obésité, témoignant d'un certain degré de résistance à l'insuline. D'une façon générale, les tests biologiques d'exploration dynamique s'avèrent fréquemment perturbés en raison de la réduction de la capacité de l'organisme à s'adapter aux situations de stress, sans que cette réponse ne soit obligatoirement le témoin d'une pathologie.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • Effet du vieillissement sur Taille et Poids
      Diminution: d'environ 1 cm entre 30 et 50 ans et presque 2 cm entre 50 et 70 (pour les hommes; pour les femmes: entre 25 et 75 ans: perte de 5 cm): à cause de la gravité causant une compression des os et un affaiblissement des muscles. Poids Prise de poids jusqu'à 40-50 ans: ralentissement du métabolisme de base (conversion de la nourriture en énergie pendant le repos); quantité de calories nécessaires diminue de 10 pourcents à chaque décennie après 20 ans.• Après: tendance à diminuer (détérioration de certains tissus et muscles; dimnution d'absorption de nourriture)
      Source: AIX Marseille université
    • Effet du vieillissement sur le système nerveux
      De nombreuses modifications neuropathologiques et neurobiologiques du système nerveux central ont été décrites au cours du vieillissement parmi lesquelles il faut principalement mentionner : la diminution du nombre de neurones corticaux, la raréfaction de la substance blanche et la diminution de certains neurotransmetteurs intracérébraux (en particulier l'acétylcholine). Les fonctions motrices et sensitives centrales sont peu modifiées par le vieillissement.En revanche, le vieillissement du système nerveux central se traduit par une augmentation des temps de réaction et par une réduction modérée des performances mnésiques concernant notamment l'acquisition d'informations nouvelles. Cette réduction, objectivée au moyen de certains tests, n'est pas à même d'expliquer les troubles de la mémoire ayant un retentissement sur la vie quotidienne. Le vieillissement s'accompagne d'une réduction et d'une déstructuration du sommeil. La diminution de sécrétion de mélatonine par l'épiphyse rend compte au moins en partie d'une désorganisation des rythmes circadiens (cf. glossaire) chez les individus âgés. La réduction de la sensibilité des récepteurs de la soif (osmorécepteurs) et les modifications du métabolisme de l'arginine vasopressine (Arginine vasopressine) rendent compte au moins en partie de la diminution de la sensation de la soif chez les personnes âgées.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • Effets du vieillissement sur les organes des sens
      Le vieillissement oculaire s'accompagne d'une réduction de l'accommodation (presbytie) gênant la lecture de près. Ce processus débute en fait dès l'enfance, mais les conséquences fonctionnelles apparaissent vers l'âge de la cinquantaine. Il se produit aussi une opacification progressive du cristallin débutant à un âge plus tardif et retentissant sur la vision (cataracte). Le vieillissement de l'appareil cochléovestibulaire s'accompagne d'une perte progressive de l'audition (portant principalement sur les sons aigus) à l'origine d'une presbyacousie
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • Vieillissement du système auditif
      • Diminution de la sensibilité à la fréquence et à la hauteur des sons: par ex., le bruillissement de feuilles dans les arbres (6 kHz) est entendu par un sujet de 30 ans si émis à 4 décibels et par un sujet de 65 ans si émis à 40 décibels (dégradation de cils dans la cochlée). • Dégradation de la perception de la parole: La parole est de moins en moins bien perçue, surtout si elle est émise soit au milieu d'autres paroles, soit en discontinu. • Problèmes du système auditif: (a) presbyacousie: perte de la perception des sons de haute fréquence (sons de la parole), due à la dérioriation de l'oreille interne (âge; exposition à bruitsviolents; drogues), à partir de 50 ans; (b) défaillance auditive conductive: la personne entend mal les sons provenant de l'ext., mais pas sa propre voix (cire dans l'oreille).
      Source: AIX Marseille université
    • Vieillissement de la Gustation et l' olfaction
      • Si l'on contrôle les facteurs de santé, relativement peu de problèmes. Quelques diminutions au niveau de la perception des sucrés et salés (si en dessous du seuil). • Progrès dans la discrimination qualitative avec l'âge: on distingue mieux les sucrés/salés. Les personnes âgées aiment moins les saveurs amères que les personnes jeunes. • Nos sensibilité olfactive diminue avecl'âge: elle est max. entre 20 et 40 ans, diminue légèrement entre 40 et 70 ans, puis diminue très nettement. (implications: les âgés ont des réactions différées en cas de dangers domestiques: e.g., fuite de gaz).
      Source: AIX Marseille université
    • Vieillissement du système visuel
      • Changements généraux: le réflexe pupillaire répond plus lentement à partir de 50 ans; la lentille s'élargit, jaunit et devient moins flexible à partir de 40 ans; la lubrification de la cornée diminue à partir de 40 ans; la cornée s'épaissit et devient plus courbée à partir de 50 ans. • L'adaptation à la nuit1 Avec l'âge le temps d'adaptation à l'obscurité s'allonge (multiplié par 3 entre 20 et 80 ans). Il faut trois fois plus de lumière à une personne de 80 ans pour s'adapter à l'obscurité aussi rapidement qu'une personne de 20 ans. • L'accomodation aux objets proches diminue à partir de 55 ans (presbytie; nécessité de verres progessifs ou à double foyer). L'acuité visuelle diminue à partir de 45 ans: 90% des sujets de 20 ans ont 10/10 alors qu'à 50-60 ans, 45%. • Problèmes du système visuel avec l'âge: (a) cataracte (la lentille s'opacifie à partir de 60 ans: rougissement des yeux, larmoiements excessifs); (b)glaucome: augmentation de la pression interne de l'oeil.
      Source: AIX Marseille université
    • Effets du vieillissement sur le système cardiovasculaire
      Le débit cardiaque au repos est stable et peu diminué à l'effort avec l'avance en âge. Toutefois, le vieillissement cardiaque s'accompagne de modifications anatomiques : augmentation de la masse cardiaque et de l'épaisseur pariétale du ventricule gauche à l'origine du moins bon remplissage ventriculaire par défaut de la relaxation ventriculaire. Cette altération de la fonction diastolique est habituellement compensée par la contraction des oreillettes (contribution de la systole auriculaire) et la préservation de la fonction systolique ventriculaire qui contribuent au maintien du débit cardiaque. Le vieillissement de la paroi artérielle se caractérise par des modifications structurelles de l'élastine, la rigidification du collagène et l'altération de la vasomotricité artérielle. La diminution de la compliance artérielle en résultant rend compte de l'augmentation de la pression artérielle systolique avec l'âge.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • Effets du vieillissement sur l'appareil respiratoire
      La diminution de la compliance pulmonaire, de la compliance thoracique et la réduction de volume des muscles respiratoires rendent compte de la réduction de la capacité ventilatoire au cours du vieillissement. On constate une augmentation du volume aérien non mobilisable en fin d'expiration et une réduction du calibre des bronches distales qui diminue les débits expiratoire s (c'est à dire la baisse du rapport volume expiré / unité de temps étudié par le Volume expiratoire maximum seconde ou par le débit expiratoire de pointe). Par ailleurs, la capacité de diffusion de l'oxygène et la pression partielle en oxygène du sang artériel (PaO2) diminuent progressivement avec l'âge.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • Effets du vieillissement sur l'appareil digestif
      Le vieillissement s'accompagne de modifications de l'appareil bucco-dentaire, d'une diminution du flux salivaire, d'une diminution de la sécrétion acide des cellules pariétales gastriques et d'unehypochlorhydrie (cf. glossaire) gastrique. Par ailleurs, le temps de transit intestinal est ralenti chez le sujet âgé par diminution du péristaltisme (cf. glossaire) . La fonction pancréatique exocrine n'est que modérément altérée. Le vieillissement est associé à une diminution de la masse et du débit sanguin hépatiques. La réduction de la clairance métabolique en résultant peut-être diminuée pour certains médicaments
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • Effets du vieillissement sur l'appareil locomoteur
      Le vieillissement du muscle squelettique se traduit au plan histologique par une diminution de la densité en fibres musculaires (principalement de type II), au plan anatomique par une réduction de la masse musculaire (sarcopénie (cf. glossaire) ) et au plan fonctionnel par une diminution de la force musculaire. Le vieillissement osseux se caractérise par la réduction de la densité minérale osseuse ou ostéopénie (principalement chez la femme sous l'effet de la privation oestrogénique de la ménopause) et par la diminution de la résistance mécanique de l'os. Le vieillissement du cartilage articulaire se caractérise essentiellement par la diminution de son contenu en eau, la réduction du nombre de chondrocytes et la modification de sa composition en glycosaminoglycanes. Ces modifications génèrent un amincissement du cartilage et une altération de ses propriétés mécaniques à l'origine d'une fragilité, accentuée par l'existence d'ostéophytes marginaux
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • Effets du vieillissement sur Les os et les articulations
      • Avec l'usure du cartilage autour des articulations, raidissement des mouvements et ralentissements des déplacements à partir de 50 ans • Perte importante de calcium dans les os peut cause ostéoporose (surtout chez les femmes). Prendre du calcium avant la ménopause.
      Source: AIX Marseille université
    • Effets du vieillissement sur l'appareil urinaire
      Au cours du vieillissement, il se produit une perte du nombre de néphrons (cf. glossaire) fonctionnels (variable d'un individu à l'autre), induisant une réduction de la filtration glomérulaire et des capacités d'élimination du rein. La clairance de la créatinine des personnes âgées de 80 ans est d'environ la moitié de celle de sujets de 20 ans ayant le même poids. Cependant, les résultats de certaines études telles que l'étude longitudinale de Baltimore démontrent que cette modification de la fonction rénale éparrgne certains individus âgés et résulterait plus des effets cumulés de différents processus pathologiques (immunologiques, infectieux, toxiques, ischémiques...) que des effets propres du vieillissement. La fonction tubulaire est aussi modifiée au cours du vieillissement. Les capacités de concentration et de dilution des urines diminuent progressivement avec l'avance en âge.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • Histoire naturelle de l'hypertrophie bénigne de la prostate et vieillissement de l'appareil uro-génital
      mieux comprendre le retentissement sur la qualité de vie du vieillissement de l'appareil uro-génital et de l'apparition d'une hypertrophie bénigne de la prostate. Une meilleure connaissance des désordres engendrés par ces deux évènements quasi inéluctables était devenue nécessaire pour deux raisons : d'une part le vieillissement rapidement progressif de la moyenne d'âge de la population, et d'autre part la mise sur le marché de traitements au long cours visant à traiter un nombre croissant de patients. Le développement d'une hypertrophie de prostate est induit par des modifications hormonales qui surviennent chez les quinquagénaires. Cette promotion hormonale induit en cascades des phénomènes touchant le stroma et le tissu glandulaire. 50% des hommes de 50 ans ont un début d'hypertrophie de prostate, pourcentage qui atteint 80% des hommes de 80 ans. L'étiopathogénie des troubles mictionnels et génitaux qui apparaissent dans cette tranche d'âge n'est jamais simple à comprendre, car parallèlement à l'hyperplasie bénigne de la prostate, se produit un vieillissement de l'appareil urinaire portant notamment sur le réservoir vésical. Le clinicien doit s'efforcer, afin de mieux cibler le choix thérapeutique, d'identifier la part respective des modifications uro-génitales dans la responsabilité des troubles urinaires qui motivent la consultation. Pour qu'une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) puisse se développer, il faut 3 conditions : - être un homme - avoir une production androgénique correcte - prendre de l'âge, c'est à dire avoir atteint la quarantaine (âge auquel apparaissent les premiers nodules microscopiques). L'immense majorité des hommes réunissent ces trois conditions (près de 15 millions d'individus en France). Il est admis que 50 % des hommes de 50 ans ont une HBP macroscopique. Ce pourcentage atteint 80% à 80ans (1). 20% développeront une HBP symptomatique. S'agit-il au sens strict d'une maladie ? Certainement pas. L'ANAES définit d'ailleurs l'HBP comme un « état de la nature plus qu'une pathologie » Actuellement, même si le schéma évolutif précédent reste valable dans ses grandes lignes, les liens entre développement d'une HBP et instabilité vésicale n'apparaissent plus comme aussi simples. Le vieillissement vésical doit être pris en compte. Il est à l'origine d'une désorganisation des mictions et relève de modifications de la qualité de la paroi vésicale comportant entre autres un accroissement des fibres de collagène. Ces modifications peuvent survenir assez tôt (50% des hommes âgés de 50 ans ont au moins une miction nocturne, enquête SOFRES) (6). L'irréversibilité de ces modifications dans la qualité de la paroi vésicale est responsable de 30% des échecs des interventions de désobstruction prostatique, le patient gardant une instabilité vésicale se traduisant notamment par une ou plusieurs mictions nocturnes résiduelles et définitives
      Source: Service d'Urologie Hôpital Saint Louis
    • Effets du vieillissement sur les organes sexuels
      Chez la femme, la ménopause s'accompagne de l'arrêt de la sécrétion ovarienne d'oestrogènes, de la disparition des cycles menstruels, de l'involution (cf. glossaire) de l'utérus et des glandes mammaires. Chez l'homme, il se produit une dimnution progressive de la sécrétion de testostérone qui est variable d'un individu à l'autre. Une proportion importante d'hommes âgés conserve une spermatogenèse suffisante pour procréer. Le vieillissement s'accompagne d'une augmentation du volume de la prostate. Le retentissement du vieillissement sur la fonction sexuelle est variable d'un individu à l'autre, et est influencé par le statut hormonal, mais aussi par des facteurs sociaux, psychologiques et culturels .
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • L'andropause
      Le terme d'andropause est inadéquat car il n'insiste pas sur le caractère progressif et aléatoire. Il faut lui préférer : DALA (déficit androgénique lié à l'âge) ou PADAM (Partial Androgen Deficiency in the Aging Male) (déficit androgénique partiel de l'homme âgé) ou SDF (syndrome de déficit en testostérone). Les notions suivantes sont importantes : ● déficit = insuffisance sécrétoire ; ● androgénique = terme imprécis en raison du caractère pluriel des androgènes, l'androgène majeur étant la testostérone ; ● partiel = relativité du déficit entraînant des difficultés diagnostiques ; ● de l'homme âgé = synonyme de vieillissement ou sénescence. Il y a peu de similitude avec la ménopause. En effet, le DALA est inconstant même s'il est fréquent (10–20 % des hommes après 50 ans, et jusqu'à 50 % après 70 ans). La profondeur du DALA est variable d'un sujet à l'autre, et son apparition est très progressive. La définition 2002 de l'International Society for the Study of the Aging Male (ISSAM) est : ● syndrome biochimique ; ● associé à l'âge ; ● caractérisé par une diminution des androgènes dans le sérum avec ou sans diminution de la sensibilité aux androgènes ; ● altération de la qualité de vie et impact sur la fonction de plusieurs organes.
      Source: Collège Français des Urologues
    • Le lien entre dysérection, dyséjaculation et HBP
      D) Le volet physiologique de l'HBP ne se limite pas au dérèglement urinaire. Le lien entre dysérection, dyséjaculation et HBP a été mis en évidence. Insuffisance érectile et éjaculatoire sont en effet, à âge égal, plus fréquent chez les patients porteurs d'une HBP(7). Là aussi, il faut faire un distinguo entre le vieillissement naturel de l'appareil génital et l'effet directement lié à l'HBP. Des études cliniques en cours permettront peut être d'y voir plus clair dans un proche avenir. Les mécanismes responsables de l'augmentation des troubles sexuels chez les hommes ayant des TUBA ne sont pas bien compris à ce jour.
      Source: Service d'Urologie Hôpital Saint Louis
    • Effets du vieillissement sur la peau et les phanères
      Le vieillissement cutané intrinsèque est caractérisé par une altération du tissu élastique, un épaississement fibreux du derme, un aplanissement de la jonction dermo épidermique et une diminution du nombre de mélanocytes. Ces modifications sont plus prononcées sur les zones découvertes exposées aux rayonnements Ultra-violet (vieillissement extrinsèque, actinique ou héliodermie). La peau du sujet âgé prend un aspect plus pâle, marquée par des rides et des ridules. La vitesse de croissance des cheveux et des ongles diminue avec l'âge. La réduction du nombre de mélanocytes contribue au grisonnement des cheveux. L'activité des glandes sébacées, sudoripares, eccrines et apocrines diminue, contribuant à une certaine sécheresse cutanée.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • Effets du vieillissement sur La peau et le visage
      • Apparition de rides sur le front (à partirde 30 ans) • Apparition des premières rides sur levisage (entre 30 et 50 ans) • Rides plus importantes sur le visage à partir de 50 ans • Accumulation du cartilage (faisant grossir le nez d'environ 2 cm et les oreilles d'1 cm) Cheveux • Perte des cheveux • Blanchissement des cheveux • Affinement des cheveux (de 101 microns, 1/1000000 metre, à 20 ans, le cheveux passe à 80 microns à 70 ans)
      Source: Service d'Urologie Hôpital Saint Louis
    • Effets du vieillissement sur le système immunitaire
      La réponse immunitaire humorale est globalement préservée chez les personnes âgées. En revanche, les réponses immunitaires à médiation cellulaire sont diminuées, notamment celles impliquant les lymphocytes T. La mise en jeu de certaines interleukines (Interleukines), qui interviennent dans la coopération des cellules immunitaires, est modifiée avec l'avance en âge : diminution de la production d'IL-2 et d'IL-4 et augmentation de l'IL-6. L'immunisation conférée par la vaccination n'est pas altérée chez les personnes âgées en bonne santé, même si les taux d'anticorps produits sont inférieurs à ceux observés chez des sujets plus jeunes
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    MÉCANISMES À L'ORIGINE DU VIEILLISSEMENT

    • Le vieillissement est un phénomène complexe et multifactoriel. Les facteurs génétiques : Plusieurs travaux ont mis en évidence des relations étroites entre certains Facteurs génétiques et le vieillissement. Chez l'homme, les études menées chez les jumeaux ont montré que la durée de vie semble fortement liée à des facteurs génétiques. Chez les centenaires, certains génotypes sont retrouvés en moyenne plus fréquemment que chez des sujets plus jeunes, indiquant qu'un terrain génétique particulier est associé à une plus grande longévité. Enfin, l'origine génétique des syndromes de vieillissement prématuré met en relief le rôle des facteurs héréditaires dans le contrôle du vieillissement. Il existe différentes catégories de cellules : • les cellules à très faible capacité de renouvellement qui ont l'âge de la personne (neurones, cellules musculaires ...). Leur vieillissement se caractérise par l'accumulation d'un pigment, la lipofuschine, résultat de la dégradation des organites (cf. glossaire) intracellulaires. • les cellules renouvelables n'ont pas un capital de renouvellement illimité. Les travaux de Hayflick ont montré qu'il existe un capital de divisions pour plusieurs lignées cellulaires. Il est proportionnel à la longévité de l'espèce et connaît des écarts entre les individus d'une même espèce. A chaque cycle de division cellulaire, l'extrémité des c hromosomes (télomère) perd un fragment de DNA. Après plusieurs divisions, la fonction du télomère, qui contribue à maintenir la stabilité du DNA du chromosome, est altérée, ce qui pourrait être le substratum de «l'horloge biologique».
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • La protection contre les radicaux libres et le stress oxydatif
      Les radicaux libres, espèces très réactives produites au cours du métabolisme de l'oxygène, exercent un stress oxydatif prononcé capable d'altérer le DNA et les acides gras de la membrane cellulaire. L' organisme se protège contre ces radicaux par plusieurs systèmes : les superoxyde dismutases, les catalases, la glutathion peroxydase séléno-dépendante et les vitamines anti-oxydantes (A, E, C) Un autre système de protection de l'organisme, les heat shock protéines (Heat Shock Protéines ), est altéré au cours du vieillissement. Les HSP représentent une famille de protéines produites en réponse aux agressions, au choc thermique, aux traumatismes ou aux glucocorticoïdes.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • La glycation non enzymatique des protéines
      Les protéines à demi-vie longue subissent des modifications au contact du glucose. Le glucose réagit spontanément sans intervention enzymatique avec les groupements NH des acides aminés pour former une base de Schiff, ce qui conduit à former des produits terminaux de la glycation, appelés Advanced glycation end products (advanced glycation end products). Les protéines de la matrice extracellulaire, dont la durée de vie dans l'organisme est très longue, sont très touchées par la glycation. Au cours du diabète sucré, il se produit aussi une glycation exagérée des protéines, liée à l'élévation de la glycémie (l'hémoglobine glyquée est un marqueur bien connu de l'équilibre glycémique). Aussi, le diabète est considéré par certains aspects comme un modèle de vieillissement accéléré, et il existe de nombreuses analogies entre les effets du diabète et ceux du vieillissement.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    STRATÉGIES POUR RALENTIR LE VIEILLISSEMENT

    • La restriction diététique
      Le vieillissement en tant que conséquence du temps qui passe est un phénomène obligatoire et inéluctable. Toutefois, plusieurs travaux de recherche ont montré qu'il était possible d'influencer le vieillissement ou la longévité par des facteurs expérimentaux, si bien que des stratégies capables de ralentir le vieillissement sont envisageables. La restriction diététique : Plusieurs travaux ont montré que la restriction calorique allongeait la durée de vie La ration calorique restreinte doit être inférieure à 70% de la ration ingérée spontanément et doit être débutée tôt dans la vie, juste après la maturation sexuelle. Certaines maladies, comme les cancers et les infections, sont moins fréquentes chez les animaux soumis à la restriction diététique, et certains organes ou fonctions semblent avoir un vieillissement ralenti. La restriction calorique pourrait agir en ralentissant la glycation des protéines ou en améliorant la protection de l'organisme contre les radicaux libres, le stress ou l'infection. Chez l'homme adulte, le respect d'un poids «idéal» est un facteur de longévité sachant que,chez le sujet âgé, la restriction calorique est au contraire néfaste.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • L'activité physique
      L'activité physique a des effets qui s'opposent à ceux du vieillissement. Une activité physique régulière ralentit la diminution de la masse musculaire liée à l'avancée en âge. Parallèlement, l'activité physique limite l'augmentation de la masse grasse et les problèmes métaboliques associés comme l'intolérance au glucose par insulinorésistance. Les fonctions cardio-vasculaire et respiratoire sont aussi mieux préservées chez les sujets âgés qui ont une activité physique régulière. Même débutée à un âge avancé, l'activité physique peut avoir des effets positifs sur la santé, notamment en réduisant le risque de maladie cardiovasculaire et en prévenant le risque de chute.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • La lutte contre le stress oxydatif
      L'administration au long cours de substances anti-oxydantes (vitamine E, vitamine C, vitamine A et dérivés) a représenté une première voie de recherche. Les effets antivieillissement varient selon les travaux expérimentaux et il n'y a pas de consensus sur l'intérêt de cette approche. Les premières études chez l'homme d'administration au long cours de la vitamine E et de ß-carotène se sont avérées décevantes pour prévenir les maladies cardio - vasculaires et les cancers, mais leurs effets sur le vieillissement n'ont pas été étudiés.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    • La correction des déficits hormonaux
      Le traitement substitutif de la ménopause (Traitement hormonal substitutif ) par son action sur l'os, la peau, le cerveau et les organes urogénitaux, s'oppose à certains effets du vieillissement chez la femme. Les concentrations plasmatiques d'hormone de croissance (Growth hormone en anglaisHormone de croissance en français) diminuent chez certains sujets âgés, et l'administration de GH à des hommes âgés ayant des concentrations basses a permis d'augmenter leur masse maigre et de réduire certains effets du vieillissement sur la peau. Des travaux expérimentaux ont montré que l'administration de déhydroépiandrostérone (Déhydroépiandrostérone ), un stéroïde surrénalien dont la concentration plasmatique diminue progressivement avec l'âge, pouvait améliorer certaines fonctions mnésiques chez le rat âgé. L'évaluation de ses effets chez l'homme est en cours.
      Source: Collège des Enseignants et de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)
    Liens

    Recherche de pages web de santé:


    Trier par , par

    Tél. Urgences:  Ambulance : 144 Autres numéros d'urgences Services de garde par cantons
    Retour à l'accueil Contacts A propos de SanteRomande - © 2016 Newsletter Dernière modification: Mar 2017